MH370 : Malaysia Airlines suivra ses avions par satellite

Trois ans après la disparition du vol MH370, la compagnie aérienne Malaysia Airlines a signé un accord avec les sociétés Aireon, SITAONAIR et FlightAware pour suivre minute par minute la trajectoire de ses avions partout dans le monde, y compris dans les régions les plus isolées.

La solution choisie par la compagnie malaisienne repose sur l’utilisation d’une nouvelle technologie satellitaire. Aireon déploie actuellement un réseau de satellites avec Iridium qui rendra possible le suivi en temps réel des appareils équipés d’un système ADS-B. Ce système équipe déjà la plupart des avions commerciaux mais les signaux sont aujourd’hui captés depuis des bases terrestres, avec l’inconvénient de ne pas couvrir les zones océaniques, désertiques ou montagneuses par exemple. La solution d’Aireon doit remédier à cette difficulté et sera disponible à partir de 2018, quand les 66 satellites NEXT d’Iridium auront été lancés. Les dix premiers satellites ont été mis sur orbite en janvier dernier.

FlightAware et SITAONAIR sont partenaires du projet. Les données ADS-B fournies par Aireon s’ajouteront aux données de FlightAware, qui proviennent de multiples sources dans le monde, au sein du système existant de suivi des vols AIRCOM de SITAONAIR, améliorant d’autant cette solution.

Malaysia Airlines est la première compagnie aérienne à signer avec SITAONAIR pour l’utilisation des données ADS-B d’Aireon. Le centre opérationnel de la compagnie recevra la position précise de chacun de ses avions en vol, y compris lorsqu’ils survolent des zones actuellement sans surveillance.

« Malaysia Airlines sera à la fine pointe de la technologie de suivi des vols en temps réel » , a souligné Paul Gibson, de SITAONAIR. « En ayant accès à des rapports fournis chaque minute, Malaysia Airlines connaîtra l’emplacement, le cap, la vitesse et l’altitude de tous les appareils de sa flotte, à tout moment, et sera alertée sans aucune exception » , a-t-il ajouté.

La compagnie malaisienne n’aura pas besoin d’installer une nouvelle avionique ou de modifier ses appareils pour utiliser la solution, a précisé quant à lui le directeur général de FlightAware, Daniel Baker.

Notons que les données d’Aireon ne seront pas disponibles que pour les seules compagnies aériennes. Les autorités nationales en charge de la navigation aérienne pourront également en bénéficier. Ce sera notamment le cas de la FAA américaine, voire de la SCAA des Seychelles. La DSNA française s’y intéresse.

Aireon est une co-entreprise entre Iridium Communications, NAV Canada, l’IAA (Irish Aviation Authority, Enav (Italie) et Naviair (Danemark).

Le suivi des avions est devenu critique pour la sécurité du transport aérien après la disparition du vol MH370 de Malaysia Airlines dans l’océan Indien en 2014, et les difficultés à localiser l’épave du vol AF447 d’Air France dans l’océan Atlantique en 2009. Les deux accidents ont conduit l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) à adopter de nouvelles normes sur le suivi des avions en vol, applicables au 8 novembre 2018, et sur la localisation des appareils en détresse, applicables quant à elle au 1er janvier 2021.

Visuels : 1. © H. Goussé / e*m Company / Airbus : Airbus A380 de Malaysia Airlines (2013) – 2. IUT : Suivi des avions en vol par satellite