Reportage : Paris-Mascate en 787-8 d’Oman Air

Ce dimanche, Air Info ouvre ses colonnes à Philippe Jacut qui nous livre ses impressions après avoir volé pour la première fois sur un Boeing 787-8 d’Oman Air.

Philippe, cadre international à la retraite, se décrit lui-même comme « un fana des avions commerciaux et des aéroports » . Avec à son actif 71 pays visités, 100 compagnies aériennes prises et 100 types d’avions utilisés, son regard sur le transport aérien est forcément sans concessions.

Philippe totalise par ailleurs 800 h de vols lâché sur 25 modèles d’avions privés, planeurs ou ULM, et s’implique dans de nombreuses activités aéronautiques.

Oman Air, ou la petite compagnie du golfe qui monte… par Philippe-Henri JACUT

C’est à l’occasion d’un voyage d’agrément au sultanat d’Oman que j’ai choisi d’effectuer un aller-retour Paris-Charles de Gaulle – Mascate en Boeing 787-8 Dreamliner d’Oman Air en classe Économie, fin février – début mars 2017.

Une première remarque : Oman Air utilise deux sortes de 787-8 dans sa flotte. Ceux acquis directement auprès de Boeing, et ceux loués à Kenya Airways. Un détail qui a son importance car les configurations sont complètement différentes. J’étais réservé à l’aller comme au retour sur le siège 27J. Il s’agit d’un siège hublot sur le 787 « Kenya Airways » mais d’un siège milieu sur le 787 « Oman Air » . Et pour ne rien arranger, le rang 27 en cabine n’est pas le même non plus : en deuxième moitié de cabine arrière sur le « Kenya Airways » , en plein au milieu des ailes sur l' »Oman Air » .

Un vrai piège ! Car aucun site spécialisé n’est en mesure de donner la version qui sera opérationnelle le jour précis du vol. D’emblée ce sera pour moi un point très négatif en tant que passionné et passager. D’ailleurs, de nombreux commentaires sur le net sont critiques sur les deux classes Business qui ne se ressemblent pas non plus. Attention donc au choix du siège à l’avance !

Préparation du vol : Les sites internet et mobile Oman Air

Internet : très bonne facture visuelle, complet sans débordement, propre et efficace.

Mobile : possibilité de faire son enregistrement à l’avance très efficace.

Dans les deux cas, suivi du statut des vols en ligne : pratique et fiable.

Déroulement du vol : Aéroport de Paris CDG – enregistrement

Très bon point pour Paris Aéroport qui s’est amélioré au cours des années. Signalétique, restauration, parkings, duty free, sécurité, PARAFE…en tout cas pour moi tout a parfaitement fonctionné… Je recommande le parking vacances avec code d’entrée via internet très abordable en souterrain du terminal A

Enregistrement Oman Air  : Les comptoirs ouvrent 3h avant le vol, dans mon cas à 18h10 pour un décollage à 21h10. Il y a toute la gamme de « check-in desks » :  » le drop in » si vous avez imprimé votre carte d embarquement, le « normal » avec l’Economie et la Business. La queue se forme en Economie le long d’un cheminement clairement balisé… Le personnel est efficace même si chaque passager demande un certain temps pour être traité, surtout s’il y a une continuation, ce qui n était pas mon cas. Il manque peut être un ou deux agents supplémentaires pour être parfait… Ouvrir 4 h avant le vol serait-il un plus ?

Salle d’embarquement 

Confortable au terminal A. Embarquement par numéro de rangée.

Rien à dire ou redire, que du standard efficace.

A bord…impression générale

L’avion est très beau extérieurement. La livrée Oman Air est très réussie. En entrant, la cabine est assez standard, sans plus. Les tons évoquent le pays de sable, de montagnes et de mer qu’est le sultanat d’Oman, avec une touche très légèrement orientale… Le plafonnier lumineux et ovoïde à l’entrée de l’appareil est du plus bel effet. La cabine Economique est trop dense à mon goût. Mais la cerise sur le gâteau est quand même le hublot plus grand de 30% que n’importe quel avion. A cela vous ajoutez un système d’occultation totale de la vitre, par un bouton de commande à votre place ou bien générale, et vous obtenez une ambiance assez unique. L’espacement des sièges (le pitch)  est correct sans plus. La configuration 3-3-3 n’est pas intime (comparativement aux A340 ou A330). À ma connaissance, seuls JAL et ANA ont des 787-8 en 2-4-2. Le système de divertissement est parfait et fonctionne très bien avec un petit casque sympathique et une télécommande incorporée sur le 787 « Kenya Airways » et un écran complètement tactile Thalès sur le 787 « Oman Air » qui est au top de la technologie avec un suivi du vol en 3D époustouflant.

La qualité générale de vol de l’avion est extraordinaire tant pour le silence au décollage, la puissance de montée, la pressurisation et l’hygrométrie… c’est franchement le top.

Service et attentions de l’équipage

C’est le maillon faible. Les annonces sont faites uniquement en arabe et en anglais… Un mauvais point pour la clientèle francophone et pour une compagnie en voie de mondialisation. Ces avions pourraient avoir des enregistrements audio en d’autres langues. Personnel international sans style particulier mais impeccable, hélas sans « l’âme locale » omanaise pourtant très attachante. Aucune sympathie, aucun lien ne peut se créer. Ce sont de « petits robots » efficaces mais impersonnels. Le service est basic, le choix d’apéritifs très réduit…Mais le diner quant à lui est très correct. Il est servi rapidement avec la sempiternelle réponse : « choix plus possible à votre place » . Le plateau sera débarrassé assez tardivement, laissant les « déchets » très longtemps sur la tablette. Un passage sera fait avec bouteille d’eau dans la nuit et le petit déjeuner à l’arrivée sera très frustre mais acceptable. Le vol de nuit dure 7h30. Arrivée donc à 7h du matin. Débarquement par bus obligatoire… pas de passerelles télescopiques.

Pour le vol de retour, les impressions de l’aller se confirment. L’avion donc est celui d’Oman Air (pas celui en leasing de Kenya Airways) et le seating est totalement décalé en emplacement cabine et en emplacement siège…Une grande déception pour le passionné que je suis. Le système de divertissement de l’appareil est également différent : c’est celui de Thalès qui cette fois-ci est tactile (pas besoin de télécommande) et surtout opérationnel : je l’avais testé sur un A380 Qatar Airways, totalement en panne durant un vol Paris-Doha!

Les repas sont bons sauf le sandwich à l’arrivée. C’est une faute de goût, si je puis dire !

Petite anecdote : Comme sur Air France, les consignes de sécurité méritent un commentaire. Ce n’est pas un ballet burlesque mais une magnifique découverte d’Oman, mettant les passagers en situation : la présentation des consignes est stylisées dans la nature, la montagne, le désert ou au bord de la mer. Une vraie réussite à la fois pédagogique (car l’attention se fixe), touristique (car on découvre le pays) et enfin amusante par les sketches proposés. A voir…et même à revoir !

Le magazine Oman Air est de qualité. Il est le reflet de la compagnie.

À Mascate, l’enregistrement est plus fluide et continu qu’à Paris. L’aéroport est dépassé côté salle d’embarquement. En revanche, le reste est au niveau. Le nouvel aéroport flambant neuf est délaissé depuis de nombreux mois en raison de « malversations » de la société turque qui l’a construit… Mais après tout, ADP a connu la même chose avec son terminal E ! Et Berlin attend l’ouverture de son nouvel aéroport depuis 5 ans…!

Conclusion : Le diable se niche dans les détails. Sur ce terrain, Oman Air est un cran, voire deux crans, en-dessous de ses homologues du Golfe… Cela étant dit, je recommande vivement cette compagnie, soit en vol direct pour Oman qui, en soi, vaut le voyage, ou en continuation vers une autre destination. L’ensemble fait au final un beau voyage en classe Economie pour un prix très attractif, faut-il quand même souligner. L’ensemble est au-dessus des compagnies européennes dites « Legacy » ou « Pompadour » , mais comme je le disais, encore en-dessous de ses concurrentes locales dont le niveau est au top mondial !

Ma recommandation

Oman est une plateforme idéale de transit, un hub à taille humaine – même avec le nouvel aéroport qui finira bien par ouvrir un jour… Oman Air, par sa dimension, son style et son réseau, correspond bien à cette ambition. Les avions sont flambant neufs et la flotte est adaptée aux lignes exploitées. Le Dreamliner 787-8 est parfait. Mais l’aménagement cabine retenu par la compagnie est trop dense. Il manque aussi un supplément d’âme pour faire d’Oman Air une compagnie que l’on choisit plutôt qu’une compagnie que l’on utilise. Tout réside dans l’humain ! C’est sans doute une affaire de formation. Encore un effort et ce pourrait devenir la perle du Moyen-Orient !

Annexes : appareils et vols

  • Le vol aller WY132 s’est effectué sur le 787-8 immatriculé A40-SZ  (MSN 36046) loué auprès de Kenya Airways (ex 5Y-KZJ) et livré le 31/10/2015 à Oman Air. 
  • Le vol retour WY131 s’est effectué sur le 787-8 A40-SB (MSN 42379) livré directement par Boeing à Oman Air le 25/11/2015.

Photos Philippe Jacut

6 thoughts on “Reportage : Paris-Mascate en 787-8 d’Oman Air

  1. Excellente analyse de votre nouvel expert, M. Philippe JACUT. M. JACUT nous livre ici un rapport détaillé de son voyage aller et retour sur Oman très utile à l’utilisateur lambda que je suis. Son rapport m’apparaît complet et les photos jointes l’illustrent parfaitement.
    Un plus : le rapport est bien écrit. Félicitations.

    • Merci pour cet encouragement … air info est un véhicule de communication généraliste et expert à la fois cela donne un relief particulier

  2. Commentaires très conformes à mon ressenti personnel sur le même vol 1 semaine plus tôt. Je suis également assez passionné, avec une expérience de plus de 25 ans de voyages aériens .
    Je ne vois pas grand chose à ajouter à ce rapport qui reflète très exactement mon ressenti de ce premier vol sur Oman Air .
    Au passage j’ai été amusé par l’anecdote de M Jacut sur Qatar, ayant vécu la même expérience sur Doha Colombo, système vidéo en panne et clim mal réglée avec une véritable fournaise dans la cabine !
    Sur le 788 Paris Oman on nous a également « acclimaté  » à la météo locale, avec une température un peu élevée…

    • Merci beaucoup .. on ressent souvent les mêmes impressions car nous sommes rompus aux voyages et savons garder notre équilibre de jugement entre les prestations offertes et nos attentes !!!

Comments are closed.