Ordinateurs et tablettes interdits vers les USA : Emirates lance un service gratuit

Alors que les autorités américaines interdisent les appareils électroniques en cabine sur les vols au départ de dix aéroports du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, la compagnie Emirates Airline lance un service gratuit permettant aux passagers à destination des États-Unis d’utiliser leurs ordinateurs portables et tablettes jusqu’à l’embarquement à Dubaï.

Ces voyageurs pourront remettre leurs appareils au personnel à la porte d’embarquement, juste avant de monter à bord. Les ordinateurs portables, tablettes et autres objets désormais interdits seront « soigneusement » emballés et placés en soute, puis rendus sans frais à leur propriétaire à l’arrivée sur le sol américain.

« Notre nouveau service gratuit permet aux passagers, en particulier ceux qui voyagent pour affaires, d’avoir la flexibilité d’utiliser leurs appareils jusqu’au dernier moment possible » , souligne Tim Clark, le président d’Emirates Airline. « Une fois à bord, ils peuvent toujours rester connectés avec leurs téléphones mobiles » .

Le nouveau service est destiné plus particulièrement aux passagers à destination des États-Unis en correspondance à Dubaï. Les appareils pourront ainsi être utilisés sur la première partie du voyage, ainsi que pendant le transit.

Les passagers qui commencent leur voyage à Dubaï sont en effet « encouragés » à placer systématiquement leurs appareils électroniques dans les bagages enregistrés. Ceci permettra « d’éviter les retards » et de ne pas compliquer « la fouille minutieuse » de tous les bagages à main qui sera effectuée sur les vols vers les États-Unis au départ de Dubaï, explique Emirates.

Les autorités américaines ont annoncé mardi dernier l’interdiction en cabine des appareils électroniques « plus gros que les smartphones » pour tous les vols au départ de dix aéroports du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, dont Dubaï-International. Elles ont justifié leur décision par des menaces terroristes. La nouvelle réglementation doit rentrer en application samedi 25 mars. Elle ne s’applique pas au vols d’Emirates vers New York faisant escale à Athènes ou Milan.

Le président d’Emirates n’a pas caché sa consternation de voir Dubaï inclus dans la liste des aéroports frappés par les restrictions américaines. « Suggérer que Dubaï n’ait pas des capacités identiques voire meilleures que les aéroports européens, américains ou asiatiques en termes de fouille, d’interdiction et de surveillance, je trouve ça surprenant » , a-t-il confié à la chaîne de télévision CNN. « Il s’agit clairement d’une décision politique des États-Unis » , a-t-il affirmé.

Le Royaume-Uni a également interdit les ordinateurs portables et les tablettes en cabine sur les vols en provenance de six pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, mais les Emirats arabes unis (ainsi que le Qatar) ne sont pas concernés.

Photo Emirates

Laissez un commentaire