Air France : la grève des PNC se profile

Ce mercredi, les syndicats SNPNC-FO et l’UNSA-PNC, représentant les hôtesses et stewards d’Air France (PNC), ont confirmé le maintien de leur préavis de grève du 18 au 20 mars 2017 pour dénoncer le projet d’une nouvelle compagnie aérienne à coûts réduits et le nouvel accord collectif proposé par la direction.

Dans un tract intitulé « De la négociation à la grève. Préavis maintenu » , deux des trois syndicats représentatifs des hôtesses et stewards d’Air France, le SNPNC-FO et l’UNSA-PNC, réunis en intersyndicale, ont appelé mercredi ces personnels à se déclarer « massivement » en grève les 18,19 et 20 mars 2017. Leurs doléances portent à la fois sur le projet Boost d’Air France-KLM, qui consiste en la création d’une nouvelle compagnie aérienne à coûts réduits, et la proposition d’accord collectif remplaçant l’actuel accord arrivé à expiration.

« La direction propose à la signature un accord collectif de 4 ans bien pire que Transform » et « filialise une partie de l’activité PNC en mettant en place une compagnie Boost dont les PNC seront nos concurrents directs dans 4 ans » , déplorent les deux syndicats.

Air France propose également à signature un accord de périmètre sur Boost, indépendant de l’accord collectif et à durée indéterminée. Il prévoit la limitation de la flotte à 18 avions moyen-courriers et 10 avions long-courriers, l’engagement de ne pas procéder à des transferts forcés de PNC Air France vers Boost et la possibilité pour les PNC Boost d’intégrer Air France. Mais cet accord de périmètre « n’est pas suffisant, car même s’il limitait l’expansion de cette filiale (…), il n’empêchera pas de nous mettre en concurrence afin d’obtenir une baisse certaine  de notre rémunération et de nos conditions de travail dans 4 ans » , estime l’intersyndicale.

Elle explique : « dans 4 ou 5 ans, on comparera le coût des PNC AF et Boost et devinez quelles seront les conclusions… ‘PNC Air France, trop chers et pas assez productifs’. La seule protection pour les PNC Air France maintenant que Boost a reçu le feu vert des pilotes est un accord collectif long et protecteur, au-delà de quatre ou cinq ans » .

À trois jours du 18 mars, la grève semble donc inéluctable. Reste à connaître l’étendue du mouvement, alors que l’intersyndicale représente près de la moitié des hôtesses et stewards d’Air France. Le SNPNC-FO et l’UNSA PNC avaient été à l’origine de la grève d’une semaine des PNC à l’été 2016. Le mouvement avait impacté 180.000 passagers en plein chassé-croisé estival sans que les syndicats n’obtiennent satisfaction sur leurs revendications d’alors.

Le troisième syndicat représentatif des hôtesses et stewards d’Air France, l’UNAC, ne s’était pas joint à ce mouvement et ne se joindra pas non plus à celui du 18 au 20 mars. Ce mercredi, ce syndicat annonce d’ailleurs qu’il apposera sa signature sur le projet d’accord collectif, ses adhérents s’étant prononcés par referendum très largement en faveur du nouvel accord (à 80,5%).

Cependant, pour être applicable, le texte doit être signé par un au moins un deuxième syndicat représentatif, ce que ni le SNPNC-FO ni l’UNSA-PNC ne sont disposés à faire en l’état. Faute d’accord, la direction a la possibilité de décider unilatéralement des conditions de travail et de rémunération qu’elle appliquera aux hôtesses et stewards. L’issue du conflit entre Air France et ses PNC reste donc incertaine.

Photo © Air France

6 commentaires sur “Air France : la grève des PNC se profile

  1. à force de faire grève de façon constante annuellement, ça n’a plus de valeur et du coup plus d’impact. Si, celui de couler leur propre gagne pain!
    Qu’est-ce qu’ils sont nuls le personnel volant d’AF…et sans cervelle

  2. Thomas,quelle fine analyse,argumentée et documentée!
    Comme je suis sans cervelle,je n’ai pas tout compris,peut être pourrais-tu m’expliquer la situation d’Air France,les tenants et les aboutissants de ce mouvement de grève.

  3. Air France est et reste une formidable compagnie, dont la qualité de service est largement au dessus des Easyjet et autres low costs. Et les personnels d’Air France ont bien raison de ne pas se laisser imposer des conditions de travail dégradées sous prétexte de mondialisation, de concurrence et de je ne sais quoi… Les clients sont là, ils apprécient la Compagnie Air France et les résultats financiers sont désormais positifs depuis deux ans. Alors halte à l’esclavagisation des salariés sous de faux prétextes. Hôtesses,steward, battez vous pour défendre ce qui fait la spécificité de la France, et qui en fait un pays où il fait si bon vivre !

Laissez un commentaire