Alaska Airlines ouvre treize lignes dans la région de San Francisco

Alaska Airlines lancera au second semestre de cette année dix lignes depuis l’aéroport international de San Francisco et trois autres au départ de l’aéroport de San José-Mineta.

Trois mois après son acquisition de Virgin America, Alaska Airlines poursuit son expansion dans la « Bay Area » , la région de San Francisco. La compagnie dit n’avoir jamais annoncé autant de nouvelles lignes sur un marché en une seule fois.

Au départ de San Francisco, Alaska Airlines lancera des services quotidiens en Airbus A320 de Virgin America vers Philadelphie (à partir du 31 août); La Nouvelle Orléans (21 septembre); Nashville (5 septembre); Indianapolis (26 septembre); Raleigh-Durham (19 octobre); Baltimore-Washington (16 octobre) et Kona à Hawaï (14 décembre). À cela s’ajoutent des vols également quotidiens en Embraer E175 de la filiale Horizon Air vers Albuquerque et Kansas City (18 septembre), ainsi qu’un service vers Mexico qui reste soumis à l’approbation des autorités (le type d’avion n’est pas précisé).

Depuis San José-Mineta, l’aéroport qui dessert notamment la Silicon Valley, la compagnie ouvrira le 28 août Austin et Tucson, chacune à raison d’un vol quotidien en E175, ainsi que Los Angeles à partir du 20 septembre (quatre vols par jours en E175).

« Notre stratégie suit la même philosophie que pour nos hubs du Pacifique Nord-Ouest, qui fonctionne bien pour nous : offrir des vols quotidiens sans escale et pratiques vers les destinations les plus demandées » , explique dans un communiqué Andrew Harrison, le directeur commercial d’Alaska Airlines.

Avec ces treize nouvelles lignes, Alaska Airlines et Virgin America offriront 125 vols quotidiens vers 42 destinations depuis la région de San Francisco. « Et si votre itinéraire nécessite un voyage à l’étranger, nos 10 partenaires aériens internationaux offrent 137 départs par semaine depuis la Bay Area » , a précisé Andrew Harrison.

Photo : Boeing 737-900ER en livrée commémorant la fusion d’Alaska Airlines et Virgin America, à l’aéroport de San Francisco (14 décembre 2016) – © Bob Riha