Brexit, baisse des tarifs : le bénéfice trimestriel de Ryanair recule de 8%

Malgré une hausse du nombre de passagers transportés (+16%) et du chiffre d’affaires (+1%), Ryanair voit son bénéfice net reculer de 8% au troisième trimestre de son exercice en cours, à 95 millions d’euros. La low-cost explique cette contre-performance par la baisse des prix des billets d’avion, exacerbée par la dépréciation de la livre après le vote sur le Brexit.

Ryanair a transporté 28,8 millions de passagers au troisième trimestre de son exercice fiscal en cours (octobre à décembre 2016), soit une forte hausse de 16% en comparaison de la même période de 2015. Le coefficient d’occupation des sièges atteint un record pour un troisième trimestre et gagne 2 points de pourcentage, à 95%. Le chiffre d’affaires progresse légèrement de 1%, à 1,345 milliard d’euros.

Dans le même temps, le prix moyen des billets d’avion vendus par Ryanair passe à 33 euros, une baisse de 17% en un an. Le bénéfice net recule de 8%, à 95 millions d’euros.

La compagnie a « fortement baissé » ses tarifs cet hiver, comme elle l’avait indiqué, « afin de soutenir le trafic et le remplissage des avions sur plusieurs marchés européens » , explique dans un communiqué Michael O’Leary, le directeur général de Ryanair. « Ces chutes des yields ont été exacerbées par la forte baisse de la livre Sterling à la suite du vote sur le Brexit » , ajoute-t-il.  La low-cost a réagi à cet environnement moins favorable en améliorant l’expérience client , en réduisant ses coûts et donc « en stimulant la demande grâce à des tarifs plus bas qui ont fait grimper les taux de remplissage à des niveaux record » .

Au troisième trimestre, Ryanair a ouvert 95 nouvelles routes et cinq nouvelles bases : Bucarest, Hambourg, Nuremberg, Prague et Vilnius. « Nous sommes en forte croissance en Allemagne au moment où Airberlin se restructure » , ne cache pas Michael O’Leary. Cette expansion continuera au printemps, avec l’ouverture d’une base à Francfort, en plus de Naples. La low-cost stationnera ainsi des avions dans 85 aéroports européens. Elle a réceptionné dix Boeing 737-800 entre octobre et décembre 2016.

Michael O’Leary considère que les incertitudes liées au Brexit continueront de représenter « un défi » au moins jusqu’en 2018. Même si la compagnie n’exclut pas de « saisir des opportunités » au Royaume-Uni, elle prévoit maintenant d’accroître sa capacité sur les autres marchés européens. « Nous espérons que le Royaume-Uni restera membre du système de Ciel ouvert européen » , ajoute le patron de la low-cost irlandaise.

Ryanair s’attend toujours à transporter 119 millions de passagers pour l’exercice 2016-2017. Elle maintient aussi sa prévision de bénéfice annuel, attendu entre 1,30 et 1,35 milliard d’euros.

Photo © Ryanair

Laissez un commentaire