easyJet veut poursuivre sa forte croissance en Écosse

© easyJet : Airbus A320

easyJet a conforté en 2016 sa position de première compagnie aérienne d’Écosse, avec 6,4 millions de passagers transportés, soit une croissance de 11% en un an. La low-cost britannique s’engage à croître encore de 30% au cours des prochaines années si le gouvernement écossais confirme son projet de réduire de 50% la taxe sur les passagers aériens.

Dans un communiqué le 2 février, easyJet a annoncé avoir transporté 6,4 millions de passagers à destination et en provenance d’Écosse au cours de l’année 2016, « un nombre record » et « plus que n’importe quelle autre compagnie aérienne » . Ce chiffre représente une augmentation de 11% en un an, ou encore de 30% par rapport à il y a cinq ans. Sur ce total, environ un tiers, soit 2 millions de passagers, ont voyagé pour affaires.

Édimbourg représente plus de la moitié du trafic (un peu plus de 3,6 millions de passagers), suivie par Glasgow (un peu plus de 2 millions), et, assez loin derrière, Inverness (480.000) et Aberdeen (231.000).

easyJet estime ainsi transporter près d’un quart des voyageurs en Écosse, et prévoit d’augmenter encore son offre de sièges d’environ 5% en 2017, à plus de 7,4 millions. La compagnie stationnera également un second A320 à Glasgow à partir de mars 2017 tandis que l’appareil actuel sera réaménagé avec 186 sièges (au lieu de 180).

Le réseau, « inégalé » , comprend plus de 60 routes au départ d’Édimbourg, Glasgow, Aberdeen et Inverness, selon Sophie Dekkers, la directrice d’easyJet pour le Royaume-Uni. Il s’étendra encore avec l’ouverture en avril 2017 d’une liaison Édimbourg-Bilbao.

Sophie Dekkers assure que la croissance de la compagnie en Écosse pourrait se poursuivre si le gouvernement écossais concrétise son projet visant à réduire de 50% la taxe sur les passagers aériens. Elle précise : « si le gouvernement écossais confirme bientôt que cette réduction prendra effet à partir d’avril 2018, nous prévoyons d’augmenter nos services d’environ 30% » .

easyJet offre environ 60% de sa capacité totale au Royaume-Uni. Sur cette part, plus de 30% des sièges relient l’Écosse à des métropoles européennes, la compagnie citant Amsterdam, Paris, Athènes, Milan, Prague et Berlin.

Dans le détail, notons qu’easyJet relie cette année deux villes écossaises à la France, soit Édimbourg à Grenoble, Lyon, Mulhouse-Bâle, Nice et Paris-CDG ; ainsi que Glasgow à Bordeaux, Marseille et Paris-CDG. Depuis Genève, la compagnie opère en revanche vers ses quatre destinations écossaises, Édimbourg, Glasgow, Inverness et Aberdeen.

Par ailleurs, « l’attrait de l’Écosse à la fois comme destination de loisirs et d’affaires s’étend au-delà de l’Europe » , selon Sophie Dekkers. Ainsi, en 2016, la compagnie a enregistré plus de 100 000 réservations sur des liaisons avec des aéroports écossais effectuées par des passagers venant hors d’Europe. Parmi ces voyageurs, plus de 37 000 provenaient des États-Unis et plus de 8 000 de l’Extrême-Orient, dont 2 000 de Chine.

Photo © easyJet : Airbus A320