lufthansa : feu vert pour louer 38 avions d’Airberlin

L’autorité de la concurrence allemande a donné lundi son feu vert au groupe Lufthansa pour louer 38 avions d’Airberlin en wet-lease.

Quatre mois après l’annonce de cet accord entre les deux premiers groupes aériens allemands, l’Office fédéral de lutte contre les cartels (Bundeskartellamt) a autorisé lundi 30 janvier Airberlin à fournir 38 Airbus A319 et A320 à Lufthansa et ses filiales Eurowings et Austrian Airlines, avec les équipages. Ces aéronefs seront stationnés en Allemagne et en Autriche. Eurowings prendra 33 avions et Austrian Airlines les cinq autres. D’une durée initiale de six ans, l’accord peut être prolongé sous certaines conditions. Comme c’est souvent le cas dans les contrats de wet-lease, la responsabilité de l’exploitation des vols, de la planification des équipages et de l’entretien des avions incombe au fournisseur, en l’occurrence Airberlin.

« Cette affaire a soulevé des questions spécifiques » , explique dans un communiqué Andreas Mundt, président du Bundeskartellamt. « D’un point de vue de la concurrence, la location d’aéronefs d’un concurrent doit être évaluée différemment de l’acquisition du concurrent lui-même. L’accord entre Lufthansa et Airberlin ne concerne pas les liaisons desservies par les deux transporteurs aériens. Lufthansa ne prendra pas en charge les créneaux d’Airberlin. La location des aéronefs n’affectera pas non plus la réattribution des créneaux horaires utilisés jusqu’à présent par Airberlin. Lufthansa sera en mesure de développer ses activités, mais cette expansion potentielle ne suffit pas à justifier une interdiction de l’accord » .

Le Bundeskartellamt précise que l’affaire portait sur « des questions juridiques complexes » et soulevait « des questions nécessitant des éclaircissements » . L’office dit ainsi avoir étudié de nombreuses données sur le marché et rencontré un grand nombre d’acteurs. Plusieurs concurrents de Lufthansa ont exprimé leur opposition à l’accord (Ryanair en particulier avait indiqué à la mi-janvier qu’elle introduirait un recours). En revanche, la majorité des clients et des agents de voyages interrogés par l’office n’ont pas fait part de problèmes de concurrence.

Le Bundeskartellamt a également eu des entretiens approfondis avec le coordonnateur des aéroports allemands : »les enquêtes ont montré que l’accord de wet-lease n’aurait pas d’incidence sur la réaffectation des créneaux libérés par Airberlin » .

Les autres aspects de la restructuration d’Airberlin actuellement en cours (en particulier la co-entreprise envisagée entre TUI, Etihad et Niki) ne rentraient pas dans le champ de cette enquête.

Photo Air Berlin

Laissez un commentaire