Chalair va poursuivre sa croissance en 2017

La compagnie aérienne française Chalair Aviation vise à transporter plus de 10% de passagers supplémentaires en 2017 et pense à élargir sa flotte alors qu’elle développe ses activités de lignes régulières sur un marché de niche, a indiqué son PDG, Alain Battisti.

Dans une interview réalisée par l’aéroport de Montpellier, Alain Battisti a fait le point sur l’activité de Chalair au cours de l’année dernière. La compagnie a ouvert plusieurs liaisons, notamment Montpellier-Bordeaux, Bordeaux-Nantes et Caen-Bordeaux.  Ainsi, « 2016 confirme le renforcement de Chalair sur le créneau des lignes régulières en France » , a déclaré le dirigeant, satisfait des résultats de l’année dernière et optimiste pour celle qui commence.  « Le marché hexagonal a été assez dynamique en 2016, avec un total de plus de 60 000 passagers transportés par Chalair et un chiffre d’affaires de neuf millions d’euros. Nous espérons dépasser les 70 000 passagers en 2017 » .

Quant à la flotte, elle est restée stable, mais « son élargissement est d’actualité dans les prochains mois. Chalair est la seule compagnie régionale à exploiter des Beechcraft de 19 sièges et des ATR 42 et 72 de 48 à 68 sièges. Cette souplesse nous permet de nous positionner sur des lignes délaissées par d’autres transporteurs » .

Chalair se prend « parfois à rêver d’exploiter des Boeing 737 ou Airbus 320″ , a confié le PDG. Les prix qu’elle pratique « seraient alors inférieurs au moins de moitié » . Cependant, « ce type de gros appareils ne pourra jamais répondre à un trafic de niche » sur lequel est positionné la compagnie.

« Il y avait une place sur le marché des vols réguliers pour les petits avions répondant à des flux de trafic restreints, jusqu’à 20 000 passagers par an » , a expliqué le dirigeant. « La course des autres compagnies vers des capacités plus importantes a eu pour effet l’abandon de nombreuses lignes régionales. Nous comblons ce vide ! Pour autant, nos avions sont malheureusement très coûteux rapportés au nombre de sièges. Malgré une gestion très serrée, nos prix de revient sont donc élevés. C’est pourquoi l’offre ‘loisir’ ne peut être notre cible prioritaire » .

Chalair se veut « clairement » complémentaire d’Air France et de sa filiale HOP!, avec lesquelles elle a noué « un partenariat fort » , selon Alain Battisti. La compagnie est d’ailleurs membre du programme de fidélité Flying Blue d’Air France. « Enfin, Air France assure également la vente de nos billets. Cela représente environ 20% de notre chiffre d’affaires et nous permet d’être commercialisés partout dans le monde » .

Le patron de Chalair se montre positif sur l’avenir du transport aérien en France, alors que le développement du TGV prend fin, selon lui. « Le marché aérien français va demeurer un marché majeur en raison d’une population importante, qui a de multiples raisons de voyager (pour les loisirs, les affaires ou en voyages affinitaires) » , a déclaré celui qui est aussi le président de la Fédération nationale de l’aviation marchande (FNAM). « La folie économique du développement du TGV s’achève. L’offre de la SNCF commence sa décrue, alors que le rail ne survit qu’au prix d’un endettement irrationnel et de déficits récurrents que le pays ne peut plus supporter. L’aérien dispose donc encore d’un potentiel important, d’autant que la performance environnementale des avions s’améliore plus vite que celle des autres modes de transport » .

Photo Beechcraft 1900D F-HBCA de Chalair – CC BY-SA 3.0 Wikimedia Commons / Ken Fielding