Interjet cloue au sol la moitié de ses SSJ100

La compagnie aérienne mexicaine Interjet immobilise la moitié de sa flotte de Sukhoi SSJ100, soit onze appareils sur vingt-deux, le temps que soit réparé un défaut sur un élément du stabilisateur.

Plus tôt ce mois-ci, l’autorité de l’aviation civile russe a ordonné une inspection de tous les SSJ100 dans le monde, après la découverte de ce défaut de production sur un appareil en Russie.

Les vérifications ont permis de détecter « des anomalies potentielles » sur onze SSJ100 d’Interjet, a indiqué à Reuters Jose Luis Garza, le directeur général de la compagnie.

Dans un communiqué, Sukhoi précise que le défaut n’est pas « crucial » en raison de « redondances à de multiples niveaux » et d’une « marge de sécurité » . Il ajoute que l’anomalie n’est pas présente sur tous les appareils en service et qu’elle peut être réparée « en quelques jours » . Le constructeur assure enfin que le remplacement des éléments défectueux sera réalisé par ses équipes sur tous les appareils concernés d’ici fin janvier 2017.

En dehors du Mexique, au moins six SSJ100 d’Aeroflot et un d’IrAero ont également dû être immobilisés pour la même raison, selon l’agence Interfax. En revanche, les appareils de la compagnie irlandaise CityJet, seule opératrice du type en Europe, ne semblent pas affectés : les trois SSJ100 volent normalement, d’après les données des sites de suivi en ligne.

À ce jour, 85 SSJ100 sont en service dans le monde, dont 30 chez Aeroflot et 22 chez Interjet, les deux principaux opérateurs. Aeroflot n’a fait aucun commentaire mais Interjet annonce « des annulations et des retards » dans son programme de vols liés à l’immobilisation de ses SSJ100. L’autorité de l’aviation civile mexicaine l’a cependant autorisée à déployer un Airbus A321 sur onze routes domestiques et une internationale, habituellement opérées en SSJ100, afin de transporter les passagers.

Précédemment, Interjet a signalé à plusieurs reprises qu’elle était satisfaite des performances opérationnelles du SSJ100, un appareil qui a commencé à rejoindre sa flotte en septembre 2013 et dont elle a commandé trente exemplaires.

Photo SuperJet International : SSJ100 d’Interjet

2 thoughts on “Interjet cloue au sol la moitié de ses SSJ100

  1. Il serait intéressant de connaître l’identité de chacun de ces appareils cloué au sol, (exemple: XA- XYZ) afin de relier la défectuosités ou «anomalie potentielle» au nombre d’heures de vol et de cycles. Par exemple, la mise en service des Superjet a commencé a été effectuée dans la suite suivante:

    1-11: XA-JLG,XA-IJR,XA-JLV,XA-ABM,XA-SNG,XA-OAA,XA-PBA,XA-JLP,XA-LME,XA-BMO,XA-ALJ,

    12-22: XA-LLV,XA-GCD,XA-OUI,XA-PPY,XA-BVM,XA-NGO,XA-VER,XA-VAS,XA-DAS,XA-JBA,XA-MRM.

    Le premier est le XA-JLG livré le 18 septembre 2013 soit 39 mois d’utilisation et le dernier est le XA-MRM livré le 20 juillet 2016 soit 5,5 mois d’utilisation.

    Si la moyenne des heures de vol par jour des Superjet est de 6 heures par jour, alors le premier à être mis en service, XA-JLG aura volé environ 6000 heures de vol alors que le dernier à être mis en service, XA-MRM, a volé à peine 700 heures de vol.

    Il est à parier que la plus part des appareils cloués au sol soit parmi les 11 premiers. Si cela s’avère fondé alors d’autres conclusions doivent être tirées. En effet, «l’anomalie potentielle» qualifiée de non systémique par le fabriquant devra être rectifiée pour « une anomalie systémique» et alors toute la flotte et la production devra être réparée.

    La flotte de superjet de la cie aéroflot semble souffrir de cette anomalie dans une proportion de 16 % seulement soit de 5 appareils sur 30 alors que 50 % de la flotte de Interjet en est affectée, soit 11 appareils sur 22. Les conditions d’opérations différentes de ces 2 groupes d’appareils peuvent en être la cause.

    Il faut souligner que la réaction du constructeur Sukhoi a été très rapide et mérite d’être souligné.

Comments are closed.