Crash du Tu-154 en Russie : un des enregistreurs de vol retrouvé

Les opérations de recherche ont permis de retrouver l’enregistreur des paramètres de vol du Tupolev Tu-154 qui s’est écrasé en mer Noire dimanche peu après son décollage de Sotchi, a indiqué le ministère russe de la Défense.

Cet enregistreur a été retrouvé par un drone sous-marin « Falcon » à 05h42 heure de Moscou le 27 décembre, à une distance de 1.600 mètres du rivage et à 17 mètres de profondeur, à précisé le ministère dans un communiqué. Un avion militaire le transportera dans les prochaines heures vers l’Institut central des recherches de l’Armée de l’ Air à Lyubertsy , près de Moscou, où il sera analysé.

Dès hier, plusieurs morceaux du fuselage avaient été localisés au fond de la mer. Cette nuit, cinq autres débris ont été retrouvés. Ces fragments du fuselage, de la queue et des moteurs sont ramenés à terre puis transférés aux autorités en charge de l’enquête. Ils ne présentent aucun signe d’explosion ou d’incendie à bord, a précisé à l’agence Tass une source proche du dossier.

Les causes de l’accident ne sont pas déterminées mais les enquêteurs ne privilégient pas la piste de l’attentat et penchent plutôt vers une défaillance technique ou une erreur de pilotage.

Le Tu-154 de l’armée de l’air russe s’est abîmé en mer le 25 décembre quelques minutes après son décollage de Sotchi, alors qu’il effectuait un vol de routine à destination de la base aérienne russe de Hmeimim, près de Lattaquié, dans le nord-ouest de la Syrie. Aucun des 8 membres d’équipage et 84 passagers n’a survécu. Parmi les victimes figurent neuf journalistes et 64 membres de l’Ensemble Alexandrov, l’un des chœurs de l’armée russe. Ils se rendaient en Syrie pour participer aux fêtes du Nouvel an sur la base aérienne. À ce jour, 12 corps ont été récupérés et l’un d’entre eux a été identifié par la famille.

L’armée a mobilisé d’importants moyens pour retrouver les corps et l’épave : 45 navires, 15 submersibles, 192 plongeurs, 12 avions et 5 hélicoptères ont été déployés sur zone, selon le ministère de la Défense. Les recherches se poursuivent aujourd’hui, malgré des conditions météo qui se détériorent.

 

Photos © RIA Novosti

Laissez un commentaire