Air France renonce à la filialisation de ses activités de maintenance

AFI KLM E&M

Air France renonce à étudier la filialisation de ses activités de maintenance, a écrit dimanche Franck Terner, le nouveau directeur général de la compagnie aérienne.

C’était l’un des points clés du projet Trust Together d’Air France-KLM. Afin de « renforcer la croissance de l’activité maintenance » , le groupe entendait « lancer une réflexion sur le modèle industriel de cette activité, en examinant la possibilité d’une filialisation » , tout en conservant le contrôle.

Constatant que cette annonce « suscite une forte émotion et une inquiétude » parmi les salariés et « en accord avec Jean-Marc Janaillac » (le PDG d’Air France-KLM, ndlr), « l’étude d’une éventuelle filialisation ne sera donc pas lancée » , explique le 11 décembre Franck Terner dans une lettre adressée aux syndicats et diffusée par la CFDT.

Le directeur général d’Air France ajoute que les représentants du personnel seront conviés au début de l’année prochaine « à une réflexion » pour « consolider la croissance » et  « mieux financer » les activités de maintenance, en rappelant que « le statu quo n’est pas une option » .

Le projet de filialisation a rencontré l’opposition des partenaires sociaux. À l’appel de l’intersyndicale (CFDT, CGT, FO, SUD-Aérien, UNSA), plusieurs centaines de salariés ont manifesté jeudi 8 décembre sur les aéroports d’Orly et Roissy. Une nouvelle manifestation était prévue le 15 décembre prochain devant le CCE d’Air France.

Premier syndicat dans la maintenance, SUD-Aérien a expliqué que « le projet de filialisation de la DGI est inacceptable pour les agents. L’expérience nous le montre partout : à terme les salariés filialisés perdront leurs acquis de salariés Air France. C’est le modèle de Lufthansa Technik qui délocalise et supprime des milliers de postes en Allemagne et ouvre des filiales en Pologne et Hongrie. Et demain la maintenance sera vendue par appartements au profit de la holding, pour faire remonter toujours plus d’argent au détriment de nos emplois » .

AFI KLM E&M enregistre un chiffre d’affaires de 4 milliards d’euros en 2015, en hausse de 18%, ce qui en fait le numéro deux mondial derrière Lufthansa Technik. Cette activité emploie 14.000 personnes au sein du groupe, dont 8.500 en France.

air_france_renonce-filialisation_maintenance

Photo AFI KLM E&M