Crash au Pakistan : l’ATR avait été révisé en octobre

Twitter : ATR 42-500 de Pakistan International Airlines (PIA) - crash du 07 décembre 2016

L’ATR 42-500 qui s’est écrasé hier mercredi au Pakistan après avoir rencontré un problème moteur avait été révisé en octobre dernier, selon le président de la compagnie aérienne Pakistan International Airlines (PIA). L’accident ne laisse aucun survivant parmi la quarantaine de personnes présentes à bord.

Lors d’une conférence de presse le 7 décembre, cinq heures après le drame, Muhammad Azam Saigol, le président de PIA, a fourni plusieurs précisions sur les circonstances de l’accident. Selon lui, l’ATR 42-500 accumulait 18.470 heures de vol et a été entretenu régulièrement. En octobre 2016, il a suivi un Check-A, une opération de maintenance effectuée toutes les 500 heures de vol.

ATR a précisé hier que l’appareil en question était immatriculé AP-BHO (MSN 663). Il a été réceptionné neuf par PIA en mai 2007 et a été sérieusement endommagé deux ans plus tard, lors d’une sortie de piste à Lahore le 30 mai 2009, selon l’Aviation Safety Network.

Le 7 décembre, l’avion a décollé de Chitral vers 15h50 à destination d’Islamabad. En cours de vol, un pilote a lancé un mayday en signalant la perte de contrôle d’un des deux moteurs, selon le dirigeant de PIA. « Nous étions confiants que l’avion pourrait atterrir avec un seul moteur en état de fonctionnerC’est une tragédie. Nous ne nous dégageons pas de tout lien avec cet accident » , a-t-il déclaré.

Muhammad Azam Saigol a ajouté que « l’ATR était un avion sûr » . Après le crash d’hier, la flotte de PIA compte dix appareils de ce type, dont cinq ATR 42-500 et cinq ATR 72-500.

Les causes de l’accident restent indéterminées. Il est « hautement improbable qu’il s’agisse d’une attaque terroriste » , a cependant indiqué Muhammad Azam Saigol. Les deux enregistreurs de vol ont été récupérés. Les agences de la sécurité aérienne de différents pays participeront à l’enquête, a confirmé le dirigeant de PIA.

Comme cela était redouté dès hier, l’accident ne laisse aucun survivant. Sur son site internet, la compagnie donne l’identité des 42 passagers à bord, dont 31 hommes, 9 femmes et 2 enfants. La quasi totalité des voyageurs étaient de nationalité pakistanaise, à l’exception de 2 Autrichiens et 1 Chinois. Quant à l’équipage, la compagnie indique cinq navigants dans sa dernière mise à jour, après avoir fait état d’un sixième membre.

Le commandant de bord accumulait 12.000 heures de vol et était aux commandes lors du crash, selon un porte-parole de PIA.

Les proches des victimes recevront une indemnité provisoire de 500.000 roupies pakistanaises (environ 4.400 euros) pour couvrir les frais d’obsèques, a indiqué PIA dans un communiqué. Plus tard, la compagnie a ajouté que l’indemnité totale s’élèverait à 2 millions de roupies.

À ce jour, 40 corps ont été récupérés et sont transférés en hélicoptère vers Islamabad.

Le crash du 7 décembre est le premier accident majeur d’avion au Pakistan depuis 2012 : un Boeing 737-200 de Bhoja Air avec 127 passagers s’était écrasé lors d’une approche par mauvais temps à Islamabad.