Francfort : Lufthansa s’estime lésée face à Ryanair

Avions de Lufthansa à l'aéroport de Francfort en mai 2014 - © Lufthansa

L’aéroport de Francfort vient de modifier sa grille tarifaire alors que Ryanair ouvrira une base en mars prochain. Premier opérateur de la plateforme, Lufthansa proteste, s’estimant désavantagée.

Le gouvernement local de Hesse a donné son accord le 2 décembre pour que Fraport, le gestionnaire de l’aéroport de Francfort, modifie sa grille tarifaire. Ce dernier avait fait cette demande alors que Ryanair ouvrira une base à partir de la fin mars 2017. La low-cost irlandaise, qui pour l’instant n’assure aucun vol vers Francfort, stationnera deux avions et lancera quatre lignes, toutes en concurrence avec Lufthansa.

La compagnie allemande a calculé qu’avec la mise en place de la nouvelle grille, ses propres taxes d’atterrissage et de décollage augmenteront « déraisonnablement » de 1,9%, tandis qu’elles sont abaissées pour les nouvelles venues qui s’engagent à « une croissance significative » sur l’aéroport.

Bien que Lufthansa lancera cinq lignes l’été prochain (Bordeaux, Saint-Jacques de Compostelle, Shannon, Heringsdorf et Paderborn), elle ne peut bénéficier de ce régime de faveur. Elle représente aujourd’hui les deux tiers du trafic passagers sur l’aéroport.

« Nous estimons que nous sommes désavantagés par rapport aux nouvelles compagnies aériennes qui voleront au départ de Francfort » , proteste dans un communiqué Harry Hohmeister, le directeur de la gestion des hubs chez Lufthansa. « Il n’est pas possible que deux compagnies payent des redevances différentes tout en volant sur une même route » , ajoute-t-il.

De plus, Harry Hohmeister reproche à l’aéroport d’avoir déjà augmenté les redevances alors que dans le même temps, « Amsterdam et Londres les ont baissées » . La nouvelle hausse est « incompréhensible et compromet la croissance future » , prévient-t-il.

Le mois dernier, Carsten Spohr, le patron du groupe Lufthansa, avait indiqué qu’il souhaitait bénéficier à Francfort des mêmes conditions que Ryanair. Le groupe dit à présent examiner « toutes ses options » .

Photo © Lufthansa

Laissez un commentaire