Air Austral et Air Mauritius intéressées par Air Madagascar

Airbus A340-300 d'Air Madagascar - CC BY-SA 2.0 Maarten Visser

Air Austral et Air Mauritius, mais aussi Kenya Airways et la compagnie sud-africaine Airlink, se sont portées candidates à la privatisation partielle d’Air Madagascar, selon Gilles Filiatreault, le directeur général de la compagnie malgache.

Le dirigeant est cité le 26 novembre par le site clicanoo.re, précisant que ces compagnies font partie des sept finalistes pour l’ouverture du capital d’Air Madagascar.

L’État malgache entend rester l’actionnaire principal de sa compagnie nationale en cédant 49% du capital. Il a mandaté le mois dernier un cabinet spécialisé pour sélectionner le partenaire stratégique d’Air Madagascar. Ce projet est financé par la Banque Mondiale.

Air Madagascar travaille déjà à la fois avec Air Austral et Air Mauritius au sein de l’alliance Vanille. En outre, elle partage ses codes avec l’une et l’autre, sur l’axe Antananarivo-Saint Denis de La Réunion pour la première, et sur la ligne Antananarivo-Maurice pour la seconde.

Cependant, pour la privatisation en cours, Air Austral a été sollicitée à deux reprises, à la fois par Air Madagascar et la Banque Mondiale, selon clicanoo.re. Le site rappelle aussi qu’en août dernier, Roland Ratsiraka, ministre du Tourisme malgache, avait fait « un appel du pied » à la compagnie réunionnaise lors d’une visite sur l’île. Air Madagascar a par ailleurs choisi de faire escale à La Réunion pour la reprise de sa ligne vers Guangzhou en février 2017.

Air Austral a fait preuve de rentabilité avec trois exercices bénéficiaires consécutifs. Elle ne cache pas ses ambitions et se présente comme un « leader » régional. Pour contrer l’arrivée de la low-cost French blue à La Réunion l’année prochaine, elle a déjà tenté de mettre la main sur XL Airways (qui a préféré depuis lors rentrer « en négociations exclusives » avec La Compagnie).

De son côté, Air Mauritius vise à créer un couloir Afrique-Asie via Maurice, sous l’impulson de son gouvernement. Madagascar s’inscrirait dans cette stratégie. La compagnie a lancé Maputo et Dar es Salaam en mai dernier pour renforcer le réseau africain et ouvert Guangzhou en juillet pour renforcer l’Asie. Air Mauritius a enregistré son meilleur résultat depuis plus de dix ans au premier trimestre de l’exercice 2016-2017, avec un bénéfice net de 2 millions d’euros.

Quant à Airlink, elle a développé au début de l’année son réseau vers Madagascar, en rouvrant Nosy Be en plus d’Antanarivo. Partenaire de South African Airways, la compagnie signalait alors que « le retour d’un service direct entre Johannesburg et Nosy Be est le début d’une liaison importante fournissant aux voyageurs loisirs des quatre coins du monde un accès efficace et fiable à Nosy Be » .

Plus surprenante est la candidature de Kenya Airways, en perte depuis plusieurs années.

Le choix parmi les candidats doit intervenir avant la fin de l’année. « Nous sommes dans les temps. Air Madagascar reprendra son décollage au premier trimestre 2017 avec son nouveau partenaire stratégique » , a assuré à L’Express de Madagascar Benjamina Ramarcel Ramanantsoa, le ministre malgache du Transport et de la Météorologie.

Photo Airbus A340-300 d’Air Madagascar – CC BY-SA 2.0 Maarten Visser

Dites ce que vous pensez !