Airbus : l’A350 rentre de Chine

EVE-1262-01Un Airbus A350-900 vient de terminer une tournée de démonstration dans six villes de Chine. Un pays où la croissance attendue du trafic aérien dans les vingt prochaines années permet à l’avionneur d’espérer de nouvelles commandes pour son long-courrier.

Airbus a annoncé le 17 novembre le retour de l’exemplaire MSN 002 après un circuit de onze jours qui l’a emmené à Zhuhai pour le salon Airshow China ainsi qu’à Haikou, Beijing, Shanghai, Guangzhou et Chengdu. L’appareil a fait l’objet d’une présentation aux compagnies aériennes, aux officiels et aux médias. Les vols ont été opérés par des pilotes d’Airbus.

Cet avion arbore la livrée « carbone » qui reflète l’utilisation de matériaux composites dans la fabrication de l’A350. Il s’agit également de l’un des deux A350-900 d’essai (sur un total de cinq prototypes) à recevoir une cabine passagers. Configuré bi-classe, le gros-porteur offre 42 sièges de classe Affaires et 210 de classe Économie.

L’A350 enregistre déjà plusieurs commandes en Chine : China Eastern Airlines a conclu un contrat en avril 2016 portant sur vingt A350-900. Air China attend dix A350-900, dont le premier est livrable en 2017. En septembre, Sichuan Airlines a signé une lettre d’intention pour la location de quatre A350-900.

Airbus peut espérer faire mieux en Chine que ces trente commandes fermes et a mis en avant ses atouts. Comme le rappelait le mois dernier John Leahy, le directeur commercial, le socle de clientèle est solide : 55% de la flotte chinoise long-courrier est constituée d’Airbus (essentiellement des A330).

La présence industrielle de l’avionneur européen en Chine a aussi de quoi flatter le patriotisme chinois. L’avionneur dispose notamment d’un centre d’ingénierie à Beijing. Cette antenne a participé en partenariat avec Aviation Industry Corporation of China (AVIC) à l’élaboration du programme A350, et plus particulièrement à la conception de la cellule dont environ 5% des composants sont fabriqués en Chine.

Airbus assure également  que « les performances opérationnelles inégalées » et « le confort en cabine » de l’A350 offrira  « un avantage concurrentiel » aux compagnies aériennes chinoises et permettra « d’attirer plus de passagers sur les liaisons internationales » .

Pour le constructeur, l’A350 est ainsi « prêt à dessiner l’avenir » du transport aérien en Chine. Appelé à devenir le premier marché mondial au cours des vingt prochaines années, le pays offre des perspectives gigantesques : Airbus évalue que la Chine aura besoin de 1.740 gros-porteurs (et 4.230 monocouloirs) d’ici 2035. Une croissance dont compte bien profiter l’avionneur européen avec l’A350.

Photo Airbus

One thought on “Airbus : l’A350 rentre de Chine

Comments are closed.