Les aéroports misent sur les technologies liées à la sécurité

SITA : aéroport sécurité embarquement technologies

Les aéroports accordent une priorité accrue aux investissements informatiques liés à la sécurité de leurs installations et des passagers, 50 % d’entre eux estimant qu’il s’agit d’une priorité importante, contre 37 % l’année dernière, selon l’étude annuelle de la société spécialisée SITA et du Conseil international des aéroports (ACI).

L’enquête établit que les investissements de nombreux aéroports sont désormais axés sur la sécurité, alors que s’intensifient les tensions régionales, dont certaines visent directement le voyage aérien. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que la technologie biométrique, qui prend en charge le traitement rapide et sécurisé des passagers, suscite un vif intérêt. Plus d’un tiers des aéroports investiront dans des projets de jetons de voyage uniques et biométriques au cours des cinq prochaines années, un chiffre qui atteindra 52 % au cours de cette décennie.

Cependant, les investissements en technologies de traitement des passagers restent la priorité numéro un pour les aéroports, mais ils sont passés de 73 % en 2015 à 59 % cette année.

L’enquête indique que le libre-service et les services mobiles dominent le paysage aéroportuaire. Pour la première fois, la majorité des aéroports à travers le monde proposent l’enregistrement en libre-service, tant pour les passagers que pour les bagages. Deux tiers des aéroports prévoient d’importants investissements dans ce domaine. L’influence croissante des services mobiles est également évidente : la quasi-totalité des aéroports du monde (90 %) mettront sur pied un programme majeur ou un projet pilote lié aux services mobiles et 74 % d’entre eux procéderont à des essais de technologies basées notamment sur la géolocalisation au cours des cinq prochaines années.

« Les tendances technologiques des aéroports sont le reflet de l’évolution du monde » , résume Matthys Serfontein, vice-président d’Airport Solutions chez SITA.

Il constate un changement cette année : la proportion d’aéroports projetant de proposer un wifi gratuit sans restriction chutera de 74 % à 54 % au cours des trois prochaines années. « Les aéroports cherchent à utiliser la technologie pour générer des revenus non-aéronautiques. 84 % d’entre eux espèrent gagner de l’argent d’ici 2019 en permettant l’achat de services aéroportuaires par le biais de leur application mobile. On observe également une tendance marquée à proposer des services wifi publics hybrides associant la commodité du wifi gratuit limité à des offres commerciales » , explique Matthys Serfontein. Les aéroports d’Amérique du Nord et du Moyen-Orient constituent la principale cause de ce changement.

L’enquête révèle aussi que les bornes commenceront à être utilisées pour des services autres que l’enregistrement et le dépôt de bagages, afin de générer du chiffre d’affaires. Par exemple, très peu d’aéroports disposent aujourd’hui de bornes permettant aux passagers de télécharger du contenu numérique (les films les plus récents, par exemple) avant l’embarquement, mais 30 % des aéroports comptent en avoir d’ici 2019. 42 % d’entre eux comptent également disposer d’ici-là de bornes permettant de réaliser des opérations de vente.

Ces conclusions sont tirées de la 13e enquête annuelle de SITA sur les tendances informatiques dans les aéroports et reflètent les avis de plus de 225 aéroports qui tous confondus, gèrent 36 % du trafic mondial, soit 2,3 milliards de passagers. Cette année, 50 % des personnes interrogées étaient issues des 100 aéroports générant les chiffres d’affaires les plus importants. Toutes les enquêtes sur le secteur réalisées par SITA peuvent être consultées à cette adresse.

Visuel SITA