Transport aérien : la FNAM demande l’intervention rapide du gouvernement

Deniz Altindas CC0 : avion en vol

La Fédération nationale de l’aviation marchande (FNAM) réclame une « intervention rapide » du gouvernement alors que les chiffres du trafic sont en baisse après la vague d’attentats qui a touché la France.

La FNAM déplore le 8 novembre dans un communiqué « le manque de stratégie de la puissance publique qui handicape le transport aérien français » . Cette fédération représente plus de 95% du secteur au travers de ses compagnies membres (Aigle Azur, Air Caraïbes, Air France, Chalair, Corsair International, HOP! Air France, Transavia, XL Airways).

La FNAM rappelle que l’aérien est un « secteur important » qui emploie plus de 100 000 personnes et contribue à hauteur de 4% au PIB. Elle regrette que « des actions concrètes » ne soient pas mises en place par le gouvernement « pour améliorer la compétitivité du transport aérien français » . En cause, Les charges aéronautiques, la taxe de solidarité, les coûts de sûreté mais aussi la « concurrence déloyale » .

De plus, si le gouvernement a repoussé à 2024 le projet de création d’une nouvelle taxe sur les passagers pour le CDG Express, celui relatif au financement de PARAFE, le système automatisé de contrôle des passeports, « est toujours en question » , déplore la fédération.

Elle estime que l’accumulation de ces taxes « qui pèsent sur les transporteurs nationaux et leurs clients entraîne une perte de compétitivité du pavillon français » .

La FNAM réclame ainsi « une intervention rapide du gouvernement, les chiffres de trafic ayant chuté cette année suite aux attentats sur le territoire national » .

« Il est urgent d’agir aussi pour la mise en œuvre du volet technologique du Ciel Unique Européen qui apporterait des gains de productivité et une baisse des coûts des redevances aéronautiques ainsi que pour le développement d’une filière biocarburant afin que la France conserve son statut de grande nation dans le secteur aéronautique » , ajoute-t-elle.

Sur ces sujets, la FNAM rejoint les positions du Sénateur et Maire (UDI) du Bourget, Vincent Capo-Canellas, qui a invité la Commission des Finances du Sénat à rejeter les crédits du budget de l’aviation civile lors de la présentation de son rapport budgétaire la semaine dernière.

Photo Deniz Altindas CC0