Trust Together : Air France-KLM va lancer une nouvelle compagnie à Paris

Airbus A320 d'Air France à Paris Charles de Gaulle - © Air France

Dans le cadre du projet stratégique Trust Together, Air France-KLM a annoncé le lancement d’une nouvelle compagnie aérienne qui opérera depuis Paris-Charles de Gaulle. Son positionnement ne sera pas low-cost et elle viendra épauler Air France pour « reprendre l’offensive sur le long-courrier » . Par ailleurs, Transavia aura comme priorité de se développer en France et aux Pays-Bas.

Quatre mois après l’arrivée de Jean-Marc Janaillac au poste de PDG, Air France-KLM a présenté le 3 novembre son nouveau projet stratégique. « Avec Trust Together, Air France-KLM reprend l’offensive » , a déclaré dans un communiqué le nouveau patron du groupe franco-néerlandais. « Notre projet est à la fois ambitieux et réaliste. Il nous permettra de capter notre part de la croissance du transport aérien en améliorant la compétitivité de nos activités. Nous sommes challengers, c’est notre force. Le statu quo n’est pas une option. Nous devons engager une nouvelle dynamique pour redevenir leader sur nos marchés » , a-t-il poursuivi.

Trust Together doit permettre à Air France-KLM de relever « trois grands défis » : capter sa part de la croissance du transport aérien mondial, renforcer la compétitivité et la performance opérationnelle et faire progresser « encore » l’expérience client. « Avec nos 9 axes stratégiques, nous nous battrons sur tous les fronts » , a assuré Jean-Marc Janaillac.

Le premier de ses axes vise à « reprendre l’offensive sur le long-courrier » : Air France-KLM prévoit « une croissance profitable » de cette activité comprise entre 2% et 3% par an jusqu’en 2020, en s’appuyant sur plusieurs leviers. Le groupe annonce ainsi la « création d’une nouvelle compagnie aérienne aux côtés d’Air France, compétitive, innovante et porteuse de croissance pour le hub de Paris-Charles de Gaulle » . Le groupe conçoit cette nouvelle compagnie comme « sa réponse aux compagnies du Golfe qui se développent à bas coûts » sur des marchés clés où il souhaite poursuivre sa croissance.

À ce stade, le nom de cette compagnie n’est pas révélé mais le projet est baptisé « Boost » . Elle sera centrée sur « les marchés hyper-compétitifs » et servira à  ouvrir de nouvelles lignes, à rouvrir des lignes fermées car non rentables et à conserver « des lignes menacées » .

« Cette nouvelle compagnie proposera une offre simple, moderne et innovante, dont le positionnement ne sera pas low cost » , a précisé le groupe. Elle proposera à ses clients des destinations business et loisirs, avec des standards comparables à ceux d’Air France en termes de qualité de produit et de professionnalisme des équipes.

Air France-KLM la conçoit aussi comme un « laboratoire d’innovation » sur le produit, le digital et la technologie, la restauration, le design des cabines, les services et parcours client ainsi que les méthodes de travail.

Elle comptera 10 avions long-courriers d’ici 2020 (dont le type n’est pas précisé dans le communiqué) et exploitera environ 30% de lignes nouvellement créées. Elle opérera avec des pilotes d’Air France sur la base du volontariat. Les contrats de travail seront « adaptés à son positionnement concurrentiel » . S’agissant du personnel navigant commercial, une filière spécifique sera créée afin de permettre d’opérer cette nouvelle compagnie « au niveau de coûts du marché » . Air France assurera les activités au sol mais celles-ci seront aussi optimisées en tirant parti au maximum de la digitalisation.

Air France-KLM négociera le cadre social de cette nouvelle compagnie avec les partenaires sociaux dans les prochaines semaines.

Par ailleurs, le hub d’Amsterdam-Schiphol sera renforcé par « une plus forte coordination » entre Transavia et KLM, notamment en ce qui concerne les investissements dans la flotte, le développement du réseau et le développement d’approches commerciales communes.

Air France-KLM a aussi indiqué qu’il entend avec Trust Together :

Développer le point-à-point au départ des marchés domestiques français et néerlandais

L’activité point-à-point, c’est-à-dire les vols court- et moyen-courrier sans correspondance dans un hub du groupe, est actuellement exploitée par Transavia, HOP! Air France, Air France et KLM.

La low-cost Transavia aura comme priorité « de se développer sur ses marchés domestiques français et néerlandais » . En France, Transavia se renforcera sur certaines routes face aux compagnies low-cost et au TGV, et se développera sur les lignes européennes, au départ d’Orly et de la province.

La coordination commerciale entre Transavia et les autres compagnies du Groupe (HOP ! Air France, Air France et KLM) sera amplifiée afin d’élargir l’offre aux clients.

Le groupe veut simplifier ses marques et optimiser ses réseaux sur le marché français. A partir de 2017, HOP! Air France et Transavia seront les deux seules marques sur le point-à-point.

Concernant les opérations au sol à Paris-Orly et dans les escales françaises, Air France redéfinira un modèle opérationnel, escale par escale, « pour concilier l’évolution des métiers et de l’activité » .

Poursuivre la montée en gamme et personnaliser l’expérience client

Air France-KLM entend « amplifier ses plans d’actions client » avec la personnalisation de l’expérience notamment grâce au Big Data et à la poursuite de la montée en gamme des produits et services. Il cite par exemple un nouvel uniforme pour Air France et HOP! Air France d’ici 2018-2019 et l’amélioration de la performance opérationnelle de ses compagnies.

Renforcer la croissance de l’activité maintenance

Air France-KLM poursuivra ses investissements sur ce marché en forte croissance « pour renforcer sa position de numéro deux mondial et améliorer la performance de son outil » . Dans cette optique, le groupe va lancer une réflexion sur le modèle industriel de cette activité, en examinant la possibilité d’une filialisation, mais Air France-KLM entend en conserver le contrôle exclusif.

Défendre l’activité Cargo en soutien des activités passagers

Pour saisir les opportunités du marché du fret aérien, Air France-KLM va poursuivre le redimensionnement de son activité centrée sur l’utilisation des soutes des appareils long- et moyen-courriers. Le groupe mettra l’accent sur la digitalisation et la simplification des process ainsi que sur la qualité de service.

Renforcer la compétitivité et l’utilisation des avions

Pour améliorer sa compétitivité, le groupe entend agir sur tous les leviers, en poursuivant et en amplifiant les initiatives déjà engagées en termes de réduction des coûts unitaires.

Air France-KLM portera ses efforts notamment sur la baisse des coûts de flotte en optimisant l’utilisation de ses avions.

Accélérer l’innovation

Selon le groupe, il s’agit de rendre les organisations « plus efficaces et plus agiles » pour faciliter les initiatives et accélérer les innovations. Le chantier de simplification de l’organisation et des modes de fonctionnement va ainsi se poursuivre et s’intensifier.

Air France va mettre en œuvre « une nouvelle ambition pour ses salariés » , avec des engagements en termes de reconnaissance, de développement professionnel, de capacité d’initiative, d’innovation et de cohésion interne, entre tous les métiers, assortie de plans d’actions concrets.

La mise en place d’outils digitaux pour les salariés d’Air France-KLM et la digitalisation des processus seront accélérées afin de faciliter le travail collaboratif au sein du groupe et d’accroître son agilité.

Poursuivre le lobbying

Air France-KLM va poursuivre son lobbying au niveau européen « pour une concurrence équitable » avec les compagnies du Golfe et low-cost et, au niveau français, pour réduire l’écart de compétitivité structurel dû aux taxes et redevances plus élevées.

Garantir la flexibilité financière d’Air France-KLM

Air France-KLM confirme les objectifs de compétitivité de Perform 2020 et prévoit aussi d’améliorer le coût d’utilisation et de financement de sa flotte. L’objectif de réduction des coûts unitaires sur la période 2017-2020 est supérieur à 1,5% par an.

Le groupe indique qu’il appliquera par ailleurs une stricte discipline des dépenses d’investissement, en visant chaque année un free cash-flow positif avant cession et en maîtrisant ses investissements. Pour 2017 et 2018, le niveau d’investissements prévu est compris entre 1,7 et 2,2 milliards d’euros par an.

La maîtrise du ratio d’endettement restera la priorité, avec un objectif à fin 2020 de dette nette ajustée ur EBITDAR inférieur à 2,5x en milieu de cycle.

Atteindre les 100 millions de passagers annuels

Avec Trust Together,  Air France-KLM se fixe l’objectif d’atteindre en 2020 un chiffre d’affaires d’environ 28 milliards d’euros pour 100 millions de passagers transportés avec une flotte atteignant 435 appareils (hors avions régionaux).

Photo : Airbus A320 d’Air France à Paris Charles de Gaulle – © Air France