Londres se prononce en faveur d’Heathrow pour une nouvelle piste

Konstantin Von Wedelstaedt GNU FDL 1.2 : Vue aérienne de l'aéroport d'Heathrow (2009) https://commons.wikimedia.org/wiki/File:London_-_Heathrow_(LHR_-_EGLL)_AN1572653.jpg

Le gouvernement britannique s’est prononcé mardi en faveur de l’aéroport d’Heathrow pour la construction d’une nouvelle piste à Londres. La décision reste soumise au vote des députés. Elle entraîne déjà l’inquiétude d’IAG, l’enthousiasme d’easyJet et les critiques de Ryanair.

L’annonce était attendue, après la nomination de Theresa May au poste de Premier ministre et la formation d’un nouveau gouvernement en juillet dernier. L’Airport Commission a certes rendu son rapport à l’été 2015 en recommandant Heathrow plutôt que Gatwick pour la construction d’une nouvelle piste à Londres. Mais le précédent gouvernement de David Cameron avait remis sa décision à plus tard, sur fond de Brexit et de dissensions au sein du parti majoritaire. C’est désormais la fin du suspense. « Le gouvernement britannique a annoncé le 25 octobre qu’il soutient Heathrow pour la construction d’une nouvelle piste » , a indiqué mardi le ministère des transports britannique dans un communiqué.

« Le pas que franchit aujourd’hui le gouvernement est considérable. Je suis fier qu’après des années de discussions et de reports, ce gouvernement prenne la décision de sécuriser la place du Royaume-Uni dans le marché mondial du transport aérien – de sécuriser aussi l’emploi et les affaires pour les décennies à venir » , a déclaré Chris Grayling, le secrétaire d’État aux transports.

Le gouvernement souhaite cependant que le public et les membres du Parlement soient consultés. Les députés seront appelés à se prononcer l’année prochaine.

Londres a également précisé sa vision du projet. Sur le plan financier, la construction de la nouvelle piste sera assurée par des fonds privés, et « non par le contribuable » , a indiqué le ministère des transports. En outre, elle ne devra pas entraîner une surcharge pour les compagnies aériennes et leurs passagers. « L’objectif est de livrer un projet d’expansion qui maintienne les taxes d’atterrissage proches de leurs niveaux actuels » , a précisé le ministère.

La nouvelle piste devrait être opérationnelle entre 2025 et 2030. Des mesures sont prévues pour amortir l’impact environnemental de l’expansion (notamment une fermeture de l’aéroport pendant 06h30 la nuit et des objectifs de réduction d’émissions sonores).

Aéroport d'Heathrow : projet de troisième piste (2016)

Aéroport d’Heathrow : projet de troisième piste (cliquer pour agrandir)

Premier aéroport du Royaume-Uni et d’Europe, Heathrow accueille 75 millions de passagers annuels avec seulement deux pistes, et fonctionne aujourd’hui à 99% de sa capacité. Sans surprise, L’aéroport s’est félicité de la décision du gouvernement. « L’expansion d’Heathrow est la seule option qui permette de connecter le Royaume-Uni à la croissance mondiale, en aidant à construire une économie plus forte et plus juste » , a affirmé l’aéroport dans un communiqué, tout en précisant qu’il attendait « tous les détails » .

International Airlines Group (IAG), qui détient notamment British Airways, a réservé un accueil mitigé à cette annonce. La nouvelle piste risque  d’accentuer la concurrence sur la plateforme dont la compagnie britannique est aujourd’hui le premier opérateur. Surtout, IAG redoute une augmentation des taxes d’aéroport pour financer la nouvelle piste. « Heathrow est le hub le plus cher du monde et il est donc vital que la capacité supplémentaire reste abordable » , a déclaré Willie Walsh, le directeur général d’IAG. Le groupe souhaite que la hausse des redevances aéroportuaires soit limitée par le gouvernement.

easyJet, qui aujourd’hui n’opère pas à Heathrow, a accueilli sans réserve la décision du gouvernement britannique : selon elle, l’expansion « ouvrira l’aéroport à une plus grande concurrence » , notamment sur le court-courrier, avec des avantages pour les consommateurs. La low-cost a réaffirmé son intention d’opérer à terme à Heathrow. À condition que les tarifs et les infrastructures soient adaptées à son modèle, « easyJet prévoit d’opérer à Heathrow, en plus de ses bases actuelles de Londres, ce qui fournira de nouvelles routes et des prix plus bas aux clients » , a déclaré Carolyn McCall, la directrice générale d’easyJet.

A contrario, Ryanair a vivement critiqué un projet qui « permettra à Heathrow de gaspiller 18 milliards de livres dans une troisième piste, un prix excessif pour un monopole qui devra être payé par des tarifs aériens plus élevés pendant de nombreuses années » . En outre, « la piste ne sera pas ouverte avant 2025, date à laquelle elle sera déjà saturée aux périodes de pointe. Une autre piste (ou deux) dans le Sud-Est du Royaume-Uni sera donc nécessaire » , a fait savoir la low-cost irlandaise. Elle avait demandé le mois dernier que le gouvernement britannique autorise la construction de trois pistes à Londres, aux aéroports d’Heathrow, Gatwick et Stansted.

Heathrow a présenté le projet d’expansion dans une vidéo :

Photo principale : Konstantin Von Wedelstaedt GNU FDL 1.2 : Vue aérienne de l’aéroport d’Heathrow (2009)