Passagers aériens en France : le trafic progresse en septembre mais le pavillon national reste en berne

Eric Salard CC BY-SA 2.0 : Aéroport Paris-Charles de Gaulle terminal 2F https://commons.wikimedia.org/wiki/File:CDG_TERMINAL_F_(6969947914).jpg?uselang=fr

Selon l’étude mensuelle TendanCiel de la DGAC, le trafic aérien en France progresse en septembre de 1,4%. Au terme du troisième trimestre, la croissance du nombre de voyageurs s’établit à 2,3% en 2016. En repli pour le quatrième mois consécutif, le pavillon français ne profite guère de l’embellie (-1,7%).

En septembre, le trafic intérieur reste dans une dynamique positive (+3,0%). Les lignes transversales (régions-régions) enregistrent une hausse très marquée de leur fréquentation (+9,5%), les liaisons touchant l’Outre-Mer sont également une franche progression (+4,5%) et la ligne Fort-de-France/Pointe-à-Pitre (+16,3%) reste l’une des dessertes les plus dynamiques du marché intérieur. En revanche, les lignes radiales métropolitaines (Paris-régions) sont orientées à la baisse (-0,7%) pour le quatrième mois d’affilée. En cumul annuel, la hausse du trafic national s’élève désormais à +2,8% ; la tendance demeure même très légèrement positive sur les liaisons radiales (+0,4%).

Le marché international a évolué de manière mesurée (+1,0%) grâce à de bons résultats obtenus avec l’Union européenne (+2,7%) et l’Afrique (+1,6%) et plus particulièrement le Maghreb (+3,6%). La conjoncture est à nouveau plutôt critique pour l’Amérique (-1,7%) avec cependant une forte intensification des échanges avec l’Amérique centrale (+11,0%). Pour le onzième mois consécutif, la zone Asie-Pacifique affiche des chiffres négatifs (-3,3% ce mois-ci, -4,1% sur l’ensemble de l’année 2016) avec des tendances toujours contraires pour ses deux grandes composantes (Moyen-Orient : +2,6% ; Asie : -7,5%).

Côté pavillons, les transporteurs français ne profitent aucunement de la croissance : ils reculent de -0,4% sur le marché intérieur et de -2,4% à l’international alors que leurs concurrents effectuent une percée particulièrement remarquable sur le marché intérieur (+18,7%) et progressent également nettement à l’international (+2,8%). Le différentiel de croissance en défaveur des acteurs hexagonaux s’établit à -5,4 points ce mois-ci. En part de marché observée en cumul annuel, l’érosion du pavillon tricolore s’établit à -1,4 points en passagers et -0,7 point en passagers kilomètres transportés (PKT).

Côté aéroports, les dix principales plateformes françaises restent soumises à des fortunes très diverses en termes de fréquentation. Paris affiche un trafic quasi stable (-0,2%) grâce aux gains enregistrés à Orly (+3,6%) alors que CDG connaît un repli d’activité (-1,9%) pour le cinquième mois consécutif. En région, les faits du mois sont encore la croissance particulièrement tonique observée à Lyon (+12,0%) et Nantes (+10,7%) et à l’opposé, la très nette baisse de Beauvais (-11,0%).

Après un été marqué par une dégradation des indicateurs relatifs au retard, septembre renoue avec des valeurs quasi identiques à celles de 2015 : le taux de vols retardés au départ de plus d’un quart d’heure a atteint 21,4% (soit +0,3 point) ; le retard moyen des vols au départ s’établit à 12,2 minutes (soit +0,2 minute).

Source DGAC – Photo Eric Salard CC BY-SA 2.0 : Aéroport Paris-Charles de Gaulle terminal 2F