Monarch sécurise son avenir

DP / Arpingstone - Airbus A321 de Monarch https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Monarch.a321-200.g-ozbi.arp.jpg?uselang=fr

La compagnie britannique Monarch Airlines a finalement obtenu un investissement de 165 millions de livres sterling de la part de son principal actionnaire, Greybull Capital, lui permettant de renouveler ses licences ATOL et de confirmer la livraison des Boeing 737 MAX 8 à partir de 2018.

Expirant au 30 septembre, les licences ATOL de Monarch avaient été prolongées provisoirement jusqu’au 12 octobre 2016 inclus par la CAA, l’autorité de l’aviation civile britannique. Il s’agissait de laisser le temps à la compagnie de démontrer sa solvabilité pour « réponde aux exigences d’une licence ATOL complète » , c’est à dire d’une année. ATOL est un programme mis en place par le gouvernement du Royaume-Uni prévoyant le remboursement et le rapatriement des clients des compagnies aériennes et prestataires de voyages en cas de faillite.

Les démarches ont abouti : la CAA annonce dans un communiqué le 12 octobre qu’elle a renouvelé les licences ATOL de Monarch jusqu’au 30 septembre 2017, après avoir eu confirmation que la compagnie remplissait les conditions demandées. Monarch devra cependant solliciter de nouveau l’obtention de ces licences dans un an, comme toutes les compagnies qui en bénéficient.

Monarch de son côté indique que son principal actionnaire, Greybul Capital, effectue un investissement de 165 millions de livres sterling, « le plus important » jamais réalisé dans les 48 ans d’histoire de la compagnie. Cet investissement permet le renouvellement des licences ATOL, mais aussi le financement des projets de croissance, précise Monarch.

Ainsi, la compagnie confirme qu’elle prendra bien livraison en 2018 du premier des 30 Boeing 737 MAX 8 commandés en octobre 2014 (avec des options pour quinze autres).

« L’arrivée dans moins de deux ans de ces avions à la pointe de la technologie et efficients en matière de consommation de carburant permettra à Monarch de continuer à fournir aux passagers la meilleure expérience en vol et de réaliser des économies significatives sur les coûts opérationnels » , précise Monarch.

Fin septembre, la compagnie avait démenti des rumeurs de faillite et assuré qu’elle se « portait bien » en espérant réaliser « un EBDITA de 40 millions de livres sterling à la fin de son exercice financier (octobre 2016). Ceci en dépit d’une période difficile pour l’industrie des vacances en lien avec les incidents terroristes, le Brexit et la dévaluation de la livre qui a suivi » .

Monarch exploite aujourd’hui 10 Airbus A320 et 25 A321. Basée à l’aéroport Londres-Luton, elle emploie 2.800 salariés. Greybull Capital détient 90% de son capital depuis 2014.

Photo DP / Arpingstone – Airbus A321 de Monarch