Monarch obtient un sursis de 12 jours pour continuer de voler

DP / Arpingstone - Airbus A321 de Monarch https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Monarch.a321-200.g-ozbi.arp.jpg?uselang=fr

Monarch, qui avait démenti en début de semaine des rumeurs de faillite, a obtenu au dernier moment vendredi que sa licence ATOL soit prolongée de 12 jours par l’Autorité de l’aviation civile britannique (CAA), lui permettant de maintenir provisoirement ses opérations.

ATOL est un programme mis en place par le gouvernement du Royaume-Uni prévoyant le remboursement et le rapatriement des clients des compagnies aériennes et prestataires de voyages en cas de faillite. Pour en bénéficier, ces sociétés doivent prouver leur solvabilité. Les licences ATOL de Monarch expiraient au 30 septembre.

« La CAA a accordé à Monarch une prolongation de 12 jours pour ses licences ATOL existantes. Ces licences prolongées expirereront à 23h59 le 12 octobre 2016 » , a fait savoir l’autorité britannique vendredi en fin d’après-midi. Elle explique que sa décision a nécessité des actionnaires de Monarch qu’ils fournissent « un financement supplémentaire » .

« Monarch a maintenant 12 jours pour démontrer à la CAA qu’elle est en mesure de répondre aux exigences d’une licence ATOL complète. Au cours de cette période de prolongation, la CAA continuera de surveiller l’entreprise » , a ajouté l’autorité britannique.

De con côté, Monarch a indiqué vendredi qu’elle a obtenu « un financement complémentaire significatif » de la part de ses actionnaires et s’est dite « proche d’annoncer le plus important investissement de ses 48 ans d’histoire » .

« Le capital supplémentaire dont bénéficiera le groupe nous permettra de financer notre croissance future » , a ajouté Andrew Swaffield, le directeur exécutif du groupe Monarch, sans indiquer la provenance des fonds.

« Monarch continue de voler et se réjouit d’accueillir ses clients à bord » , a conclu la compagnie aérienne basée à Londres-Luton.

Le 26 septembre, Monarch avait démenti des rumeurs de faillite qui s’étaient propagées sur Internet et les réseaux sociaux. Elle avait assuré qu’elle se « portait bien » en espérant réaliser « un EBDITA de 40 millions de livres sterling à la fin de son exercice financier (octobre 2016). Ceci en dépit d’une période difficile pour l’industrie des vacances en lien avec les incidents terroristes, le Brexit et la dévaluation de la livre qui a suivi » .

La compagnie est détenue depuis 2014 à 90% par la société d’investissement Greybull Capital. Elle emploie 2.800 salariés.

Photo DP / Arpingstone – Airbus A321 de Monarch