Airbus Group fusionne avec Airbus

Airbus : A330 A350 et A380 en formation

Airbus Group a annoncé vendredi une nouvelle organisation structurelle : le géant européen va fusionner avec Airbus, sa division d’aviation commerciale, pour ne plus former qu’une seule entité, poursuivant ainsi son intégration.

Présentée le 30 septembre, la fusion a été approuvée la veille par le Conseil d’administration d’Airbus Group sur une proposition de Tom Enders, son Président exécutif (CEO), a fait savoir le groupe dans un communiqué. Elle est « le prélude à une refonte structurelle qui simplifiera la gouvernance de notre entreprise. Elle supprimera également les duplications et améliorera la productivité, tout en poursuivant l’intégration de l’ensemble du Groupe » , a annoncé Tom Enders.

De fait, celui-ci assoit son pouvoir sur l’ensemble de la structure. C’est lui qui dirigera la nouvelle entité en tant que CEO. Fabrice Brégier en sera le numéro 2 en devenant Chief Operating Officer (COO) et Président d’Airbus Commercial Aircraft dont il est l’actuel PDG.

Autre mesure forte : La nouvelle entité et toutes ses divisions adopteront la marque unique Airbus à compter du mois de janvier 2017.

« Nous resserrons les liens de la Team Airbus, reconnaissant que notre division Commercial Aircraft est de loin celle qui contribue le plus au chiffre d’affaires et aux résultats financiers de l’entreprise » , a expliqué Tom Enders.

« Nous nous engageons à délivrer un niveau de performance supérieur, par exemple en continuant de rationaliser nos structures internes et en instaurant une organisation plus simple et plus efficace – moins de bureaucratie, une collaboration plus étroite et des processus plus rapides » , a poursuivi le dirigeant.

Les suppressions de postes ne sont pas directement mentionnées ni quantifiées dans le communiqué, mais Airbus Group précise que « les détails de la fusion et ses répercussions vont maintenant faire l’objet de discussions avec les partenaires sociaux au niveau du Groupe, des Divisions et de nos différents pays » .

La fusion fait suite à un programme de transformation lancé en juillet et « largement axé sur la digitalisation des principaux processus et outils de l’entreprise » , a aussi indiqué Tom Enders. « Ce programme influera sur la façon de travailler de l’entreprise et de ses employés, ainsi que sur l’organisation d’Airbus à l’avenir. Des structures rationalisées et un processus décisionnel rapide sont indispensables au succès de la transformation digitale » , a t-il poursuivi.

Quant aux deux autres divisions, Airbus Defence and Space et Airbus Helicopters, dirigées respectivement par Dirk Hoke et Guillaume Faury, elles demeurent parties intégrantes du Groupe et « bénéficieront largement de cette fusion par un soutien commercial plus ciblé et des coûts réduits » , selon Tom Enders.

Ces nouvelles démarches s’inscrivent dans la continuité d’un certain nombre d’étapes d’intégration : en 2012, l’entreprise a combiné les services Ressources humaines et Finance d’Airbus Group (à l’époque EADS) et d’Airbus. Elle a également relocalisé son siège à Toulouse. En 2013, le groupe a redéfini sa gouvernance d’entreprise et sa structure actionnariale, en passant d’une Joint Venture franco-allemande à un Conseil d’administration indépendant du pouvoir politique, et en portant le capital flottant à plus de 70 %. D’autres mesures ont amené l’entreprise à changer de nom (EADS devenant Airbus Group), ainsi qu’à intégrer et rationaliser certaines fonctions.

Airbus Group a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires de 64,5 milliards d’euros avec un effectif d’environ 136.600 personnes.

Visuel Airbus