Lufthansa prend 40 avions d’airberlin

Airberlin : Airbus A320

Le groupe Lufthansa a signé vendredi un protocole d’accord avec airberlin qui lui fournira pendant six ans jusqu’à 40 Airbus A319 et A320 avec les équipages. Cette flotte est destinée à assurer essentiellement le développement de la filiale low-cost Eurowings et dans une moindre mesure celle d’Austrian Airlines. Amputée d’un tiers de sa flotte, airberlin, en difficulté depuis plusieurs années, va se restructurer et supprimer jusqu’à 1.200 emplois.

Lufthansa est déterminée à développer Eurowings. Quelques heures après sa décision d’acquérir la totalité de Brussels Airlines, avec l’idée de l’intégrer à terme dans la plateforme low-cost, le groupe a aussi annoncé dans un communiqué le 28 septembre la signature d’un protocole d’accord avec sa concurrente allemande, airberlin.

Selon cet accord d’une durée de six ans, airberlin fournira au groupe Lufthansa à partir du début de la saison été 2017 jusqu’à 40 avions en wet-lease, incluant les équipages navigants, les assurances et la maintenance. Les appareils consisteront en un maximum de 29 Airbus A320 et un maximum d’onze A319, « cadrant bien avec la flotte actuelle d’Eurowings, entièrement composée d’Airbus » , précise Lufthansa.

La flotte d’Eurowings, qui comprend aujourd’hui 90 appareils, va grandir de 40% en l’espace de quelques mois. 35 avions lui seront attribués, repeints à ses couleurs, et répartis sur sept bases en Allemagne ainsi qu’à Vienne et Palma de Majorque (où elle a déjà annoncé qu’elle stationnerait deux appareils à partir de mai 2017). « Eurowings va élargir considérablement ses capacités et renforcer sa position sur le marché du transport aérien de point-à-point en Europe » , souligne Lufthansa. De fait, avec 125 avions, Eurowings change de braquet et exploitera une flotte équivalente à la moitié d’easyJet (256 appareils à fin août).

Quant à Austrian Airlines, elle recevra cinq appareils « pour renforcer davantage sa position de premier transporteur sur le hub de Vienne » , indique Lufthansa.

Le montant financier de cet accord n’a pas été spécifié. Lufthansa assure cependant que les baux seront conclus « à des tarifs compétitifs sur le marché » . L’accord est prévu d’être finalisé au cours du quatrième trimestre 2016. Sa mise en œuvre sera soumise à l’approbation des conseils de surveillance des sociétés respectives et des autorités de la concurrence.

Nouvelle stratégie et 1.200 suppressions d’emplois pour airberlin

Par voie de conséquence, la flotte d’airberlin sera réduite à 75 appareils à compter de l’été 2017, dont 17 Airbus A330 pour les vols long-courriers, 40 appareils de la famille A320 et 18 Bombardier Q400 pour le court- et moyen-courrier. Membre de l’alliance Oneworld, airberlin a annoncé dans un communiqué le même jour qu’elle fait le choix de s’orienter « clairement » vers une stratégie de réseaux pour servir des marchés à haut rendement depuis ses hubs de Berlin et Dusseldorf.

Les opérations « touristiques » se verront regroupées dans une entité séparée dont « les options stratégiques seront examinées » , indique la compagnie. Le programme long-courrier, plus rentable, sera étendu avec de nouvelles routes et des fréquences supplémentaires, particulièrement vers les Etats-Unis. Les opérations court- et moyen-courriers seront réorientées sur les marchés affaires à l’année, principalement vers l’Italie, la Scandinavie, l’Europe de l’Est et les lignes domestiques là-aussi à vocation affaires.

Cette restructuration entrainera jusqu’à 1.200 suppressions d’emplois. « L’entreprise va engager des discussions avec les représentants du personnel pour confirmer ces départs volontaires et contraints d’ici février 2017 » , annonce la deuxième compagnie allemande.

Détenue à hauteur de 29,2% par le groupe Etihad Airways d’Abu Dhabi, airberlin va inciter ses personnels à se redéployer à l’intérieur de la compagnie du Golfe et ses filiales Jet Airways, Air Serbia, Etihad Regional, Alitalia et Air Seychelles.

En difficulté depuis plusieurs années, airberlin a multiplié les plans de restructuration sans parvenir à l’équilibre financier et a été maintenue à flot par Etihad. Elle a publié en 2015 une perte de 447 millions d’euros, la plus élevée de son histoire.

Photo airberlin : Airbus A320