L’Union européenne et le Qatar discutent d’un nouveau traité aérien

qatar_commission_europeenneL’Union européenne et le Qatar ont achevé mercredi un premier cycle de négociations en vue de conclure un accord général sur le transport aérien qui devrait être en place d’ici deux ans. Ces discussions inquiètent notamment l’organisation Europeans for Fair Competition (E4FC – les Européens pour une concurrence équitable).

Ce premier cycle de négociations s’est tenu du 19 au 21 septembre 2016 à Doha et vise à la conclusion d’un accord organisant et réglementant les services aériens entre l’Etat du Qatar et les pays membres de l’Union européenne, ont indiqué dans un communiqué les autorités qataries.

La teneur précise des négociations n’est pas spécifiée. Néanmoins, les parties ont examiné « en détail » les termes de l’accord à intervenir « pour trouver une position commune » et sont convenues de poursuivre les négociations par de nouveaux cycles en vue d’aboutir, ajoute le communiqué.

La Commission européenne était représentée par Carlos Acosta, responsable des affaires internationales pour le transport, et la partie qatarie par Abdulla Nasser Turki Al Subaey, président de l’autorité de l’aviation civile, et Akbar Al Baker, directeur exécutif du groupe Qatar Airways.

L’association E4FC, qui réunit une coalition d’employés de compagnies aériennes, de passagers et d’entreprises « inquiets » , a estimé dans un communiqué le 19 septembre que les négociations entreprises par l’Union européenne avec le Qatar ne sont pas « des discussions ordinaires » .

Selon elle, les avantages déjà obtenus par les transporteurs du Golfe sur leurs liaisons vers l’Europe « se sont faits au détriment des compagnies aériennes européennes, de leurs employés et des consommateurs » . La Commission européenne doit obtenir « un solide accord » instituant « la transparence financière et une concurrence équitable » , demande-t-elle.

Enfin, E4FC rend Bruxelles « fondamentalement responsable de la survie des transporteurs européens » .

Rappelons que le Qatar a déjà signé des traités aériens avec chacun des 28 pays membres de l’Union européenne. Mais dans le cadre de sa nouvelle stratégie pour l’aviation, la Commission européenne souhaite remplacer les traités bilatéraux existants par un accord unique à l’échelle européenne afin de « simplifier » les ouvertures de lignes et « développer » les liaisons aériennes.

A cet effet, elle a obtenu en juin dernier un mandat des 28 pays membres. Le Qatar est l’une des treize nations avec lesquels la Commission doit négocier, la liste comprenant également les Émirats arabes unis, la Turquie et dix pays d’Asie du Sud-Est (Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar, Philippines, Singapour, Thaïlande et Viêt Nam).

Le contenu du mandat n’a pas été détaillé. Néanmoins, Violeta Bulc, la commissaire européenne pour les transports, a déclaré qu’une fois conclus, « ces accords offriront de nouveaux débouchés commerciaux à l’ensemble du secteur aérien, de nouvelles liaisons et de meilleurs tarifs aux passagers, tout en garantissant des conditions de concurrence équitables pour nos entreprises” .

Dans le cas particulier des pays du Golfe, la Commission européenne s’attend à ce que le nouvel accord se traduise par 8,4 milliards d’euros de retombées économiques au cours des huit premières années soit de 2018 à 2025, et 8.300 nouveaux emplois d’ici à 2025.

Visuel : QCAA

One thought on “L’Union européenne et le Qatar discutent d’un nouveau traité aérien

  1. Le Qatar est représenté par le groupe Qatar Airways !
    Pourquoi les compagnies européennes ne sont-elles pas représentées ??

Comments are closed.