Aigle Azur : une seconde grève des pilotes cet été compromettrait l’avenir

Aigle Azur : Airbus A320

Aigle Azur estime qu’un second mouvement de grève des pilotes cet été pourrait « fortement nuire » à son avenir et ses emplois. Les huit premiers jours de grève fin juillet / début août lui ont déjà coûté plusieurs millions d’euros.

Aigle Azur évalue à 3,5 millions d’euros la perte consécutive à la grève déclenchée par la section Aigle Azur du SNPL du 28 juillet au 4 août 2016. Selon elle, le mouvement a été suivi par 28% des pilotes, soit 3% du personnel. Près de 150 vols ont subi des annulations ou des modifications d’horaires ou d’appareils, impactant le déplacement de près de 24.000 passagers.

Alors que les discussions sont dans l’impasse, le SNPL a maintenu son préavis pour une seconde période de grève, du 27 août au 3 septembre 2016 inclus. La perspective inquiète Aigle Azur, qui décrit sa situation comme « fragile » . Les comptes de l’exercice 2015-2016 n’ont pas été publiés à ce jour, mais la compagnie était en déficit de 9,4 millions d’euros l’année dernière, et de 9,7 millions d’euros l’année d’avant.

« Une nouvelle grève des pilotes, sur une période de huit jours, pourrait fortement nuire à l’avenir de la compagnie et aux emplois de ses 1.200 salariés répartis sur plusieurs bases, sans compter les emplois indirects liés aux activités d’assistance« , prévient Aigle Azur dans un communiqué. Selon elle, 97% des employés soutiennent pourtant sa stratégie de développement.

A en croire Aigle Azur, les discussions avec le SNPL butent sur des revendications salariales auxquelles elle ne peut répondre favorablement en raison « de sa profitabilité et de ses coûts salariaux » et « au regard de l’environnement concurrentiel » .

En revanche, la compagnie dit avoir accepté les demandes du syndicat sur des aménagements de planning dès septembre 2016, et ce bien qu’elle soit aujourd’hui « en parfaite conformité avec la réglementation sur l’organisation du travail » .

Un recours à la médiation a été initié par la direction pour sortir de conflit avec le SNPL.

Photo Aigle Azur : Airbus A320