L’été très long-courrier de Londres-Gatwick

Jeffrey Milstein / Gatwick Airport : vue aérienne de l'aéroport Londres-Gatwick

L’aéroport Londres-Gatwick a vu son trafic long-courrier bondir de 23% en juillet par rapport à un an plus tôt, « une croissance impressionnante » qui, selon lui, justifie la construction d’une seconde piste.

Deuxième plateforme de la capitale britannique après Heathrow, Gatwick a enregistré une hausse de 6,9% de son trafic global le mois dernier, pour atteindre 4,6 millions de passagers. Un nouveau record mensuel en 80 ans d’opérations. Le coefficient de remplissage des avions atteint 90%.

Mais l’aéroport souligne surtout que les routes long-courriers « continuent leur croissance impressionnante, avec 23% d’augmentation en comparaison de juillet 2015 » , et ce alors que « le trafic stagne sur les autres grands aéroports européens« .

L’Atlantique Nord enregistre près de 50% de hausse en un an. Gatwick bénéficie à plein des 28 vols par semaine lancés cette année par la compagnie WestJet depuis plusieurs villes du Canada. Toronto, Calgary et Vancouver voit ainsi leur trafic doubler. La low-cost Norwegian Air contribue aussi à ce développement : ses lignes sans concurrence depuis Gatwick vers Los Angeles et Orlando augmentent respectivement de 41% et de 11%. La route directe de Thomson Airways vers Puerto Vallarta sur la côte Pacifique du Mexique progresse quant à elle de 29%.

« Notre liste de lignes long-courriers s’allonge de mois en mois, et Cathay Pacific ajoutera Hong Kong dans seulement trois semaines, puis British Airways lancera un service vers Capetown cet automne » , rappelle Stewart Wingate, le directeur général de Gatwick Airport. La plateforme compte désormais plus de 50 routes intercontinentales.

Pour le dirigeant, ce « succès » plaide pour la construction d’une piste supplémentaire sur le site de Gatwick (qui n’en compte qu’une seule aujourd’hui) plutôt qu’à Heathrow. Après que la commission ad hoc a rendu un rapport favorable à Heathrow l’été dernier, le gouvernement britannique a remis sa décision finale à plus tard, Brexit oblige.

« Après le référendum, le Royaume-Uni a besoin plus que jamais d’une expansion aéroportuaire qui soit effectivement réalisable, et la solution, c’est Gatwick » , affirme le directeur de cet aéroport, qui cite à la clé « une croissance garantie, un impact environnemental considérablement plus faible, et une absence de financement par les contribuables » .

Le gouvernement britannique pourrait rendre sa décision cet automne.

Jeffrey Milstein / Gatwick Airport : vue aérienne de l'aéroport Londres-Gatwick

Photos Jeffrey Milstein / Gatwick Airport : vue aérienne de l’aéroport Londres-Gatwick