KLM : la grève des personnels au sol interdite jusqu’en septembre

Boeing 777-200ER de KLM à l' aéroport d' Amsterdam Schiphol - © KLM

En conflit avec la direction de KLM sur la signature d’un accord collectif d’entreprise, le syndicat FNV s’est vu interdire jeudi par la justice des Pays-Bas de lancer tout mouvement de grève chez les personnels au sol de la compagnie aérienne jusqu’au 4 septembre inclus, en raison de l’affluence estivale et de la menace terroriste. 

Un tribunal de Harlem « a interdit à FNV d’organiser jusqu’au 4 septembre 2016 des mouvements de grève liés à son litige existant avec KLM » , selon l’arrêt qu’il a rendu le 11 août. Le juge a statué que l’affluence en cette période de vacances et la menace terroriste à l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, où les mesures de sécurité ont été renforcées fin juillet, rendent « nécessaires de toute urgence les restrictions au droit à l’action collective dans cette situation sociale » .

KLM s’est dite hier « satisfaite » de l’arrêt du tribunal. « Cela confirme (notre) position selon laquelle une proposition solide a été faite et ouvre la voie à un meilleur avenir pour l’entreprise » , a estimé la compagnie dans un communiqué. Alors qu’elle négocie avec les syndicats de personnels au sol le renouvellement de l’accord collectif d’entreprise, KLM dit avoir proposé une prime de 1.600 euros pour cette année ainsi qu’une augmentation de 1% des salaires à partir de 2018. Tous les syndicats ont accepté de négocier sur cette base, à l’exception de FNV qui a lancé plusieurs ultimatums.

KLM a ainsi été amenée la semaine dernière à saisir le tribunal d’Harlem pour faire interdire une grève d’1h30 le 3 août. « Bien que seulement 150 à 250 employés sur un total de 14.500 personnels au sol auraient cessé de travailler, les conséquences potentielles auraient pu toucher des milliers de passagers, avec des retards, des correspondances manquées et des bagages restant en souffrance » , pour un coût financier compris entre 3 et 4 millions d’euros, avait fait valoir la compagnie. Le tribunal avait interdit ce mouvement jusqu’à ce qu’il se prononce sur l’affaire, ce qui vient d’être fait.

Par ailleurs, KLM est en conflit avec ses pilotes au sujet des pensions de retraite. La compagnie veut revenir sur leur mode de calcul qui pourrait lui coûter « plusieurs centaines de millions d’euros » à la suite d’une mesure prise par le gouvernement néerlandais. Le syndicat de pilotes VNV a lancé un ultimatum expirant ce vendredi pour que KLM revienne sur sa décision, faute de quoi il introduira une action en justice. Cependant, il exclut pour l’instant tout mouvement de grève.

Photo KLM