Grève des PNC : Air France compte assurer 90% de ses vols mardi

Airbus A320 d'Air France à Paris Charles de Gaulle - © Air France

Air France prévoit d’assurer 90% de ses vols mardi 2 août 2016, septième et dernière journée de grève des hôtesses et stewards (PNC). Selon le PDG Frédéric Gagey, le trafic revient progressivement à la normale.

Pour demain mardi, Air France a annoncé qu’elle prévoit d’assurer 100 % de ses vols long-courriers sans limitation de capacité, près de 90 % de ses vols domestiques et 85 % de ses vols moyen-courriers de et vers Paris-Charles de Gaulle compte tenu d’un taux de personnels de cabine grévistes estimé à 25 % pour cette journée (25% pour l’activité long-courrier et 26% pour l’activité moyen-courrier).

Néanmoins, comme pour les jours précédents, la compagnie prévient que ponctuellement, des annulations et des retards de dernière minute ne sont pas à exclure. Des difficultés dans la composition des équipages sont également susceptibles d’entraîner des limitations dans le nombre de passagers par vol.

Le PDG d’Air France Frédéric Gagey, a estimé au micro de France Inter lundi que le trafic revient « progressivement à la normale » . Tout en confirmant que le mouvement « a notamment comme impact de toucher négativement les résultats économiques » de la compagnie, il s’est voulu rassurant en précisant qu’Air France « devrait rester heureusement avec un résultat d’exploitation positif en 2016« .

Air France a enregistré un résultat d’exploitation positif pour le 1er semestre 2016 (15 millions d’euros) alors qu’elle était dans le rouge l’année dernière à la même époque.

Ce lundi, les opérations se déroulent conformément aux prévisions, a par ailleurs indiqué la compagnie. Au total, une centaine de vols à l’arrivée et au départ ont été annulés à Roissy-Charles de Gaulle, et près d’une cinquantaine à Orly.

Les hôtesses et stewards d’Air France ont été appelés à la grève du 27 juillet au 02 août 2016 notamment par deux syndicats représentatifs, le SNPNC-FO et l’UNSA-PNC. Réunis en intersyndicale, ils demandent que l’accord collectif PNC, arrivant à échéance en octobre, soit reconduit pour cinq ans ou une période indéterminée, au lieu de 17 mois comme le souhaite la direction.

Les syndicats de PNC n’excluent pas de déposer un nouveau préavis. « Les différentes organisations de l’intersyndicale devraient sans doute se concerter en fin de semaine pour décider de la suite du mouvement » , a déclaré Christophe Pillet, secrétaire de la section Air France du SNPNC-FO.

Photo Air France