Aéroport de Genève : une femme jalouse lance une fausse alerte à la bombe

Aéroport de Genève-Cointrin

Une femme résidant à Annecy, qui voulait se venger de la supposée maitresse de son mari en l’empêchant de prendre l’avion à l’aéroport de Genève, a admis avoir lancé une fausse alerte à la bombe, déclenchant des contrôles de sécurité renforcés sur la plateforme durant une partie de la journée de mercredi.

Mardi dans la soirée, « une femme a appelé les douanes suisses de l’aéroport de Genève. Elle a évoqué la présence, aujourd’hui (mercredi 27 juillet), d’une personne munie d’une bombe dans le secteur français de l’aéroport » , a indiqué dans un communiqué le Ministère public genevois, l’équivalent du procureur de la République en France.

Informé par la brigade de l’aéroport de la police judiciaire, le Ministère public a ouvert une procédure et identifié le numéro appelant, qui était situé à Annecy.

Prévenues, les autorités françaises ont perquisitionné dans le cadre de l’Etat d’urgence le domicile correspondant au numéro identifié. « Elles ont été mises en présence notamment d’une femme qui a admis être l’auteure de l’appel » , poursuit le communiqué.

L’identité et la nationalité de l’auteure de l’appel ne sont pas précisées. Néanmoins, « elle a dit qu’elle voulait empêcher le départ d’une personne qu’elle suppose être la maîtresse de son mari et qui devait partir avec ses deux enfants en Turquie« , a détaillé mercredi soir le procureur d’Annecy, Eric Maillaud, cité par la Tribune de Genève.

L’appel anonyme a conduit les autorités suisses et françaises de l’aéroport de Genève, situé à la frontière franco-suisse, à relever d’un cran la sécurité. Des contrôles préventifs de sécurité sur les passagers entrant dans l’aéroport ont été effectués, provoquant de longues files d’attente.

Le dispositif a été levé « de manière progressive » mercredi après-midi, a indiqué la police cantonale de Genève. « En matière de sécurisation, l’Aéroport de Genève revient donc à la situation antérieure, soit une présence policière renforcée sur la plateforme aéroportuaire en lien avec la situation internationale. Il est tout de même conseillé aux voyageurs de se rendre 2h à l’avance sur le site pour leurs formalités de départ » , ajoute son communiqué.

La femme jalouse auteure de l’appel est poursuivie en Suisse pour menaces alarmant la population. Une procédure pénale a également été ouverte contre elle en France.

Photo © Genève Aéroport