Air France-KLM bénéficiaire au 2e trimestre mais inquiet pour la destination France

Air France et KLM - © KLM

Air France-KLM a publié un bénéfice net de 41 millions d’euros pour la période d’avril à juin 2016, une franche amélioration par rapport à la perte de 71 millions d’euros de la même période de 2015. Mais après la vague d’attentats terroristes dans l’Hexagone, le groupe franco-néerlandais fait état d’une « préoccupation particulière concernant la destination France » pour le reste de l’année.

Ce résultat trimestriel en amélioration est obtenu malgré un chiffre d’affaires en baisse de 5,2% en un an, à 6,2 milliards d’euros., selon les données publiées par le groupe ce 27 juillet. Pourtant, le nombre de passagers transportés est en augmentation de 3,4%, avec 23,4 millions de voyageurs. Air France-KLM, à l’instar de ses concurrents, est contraint de baisser le prix des billets pour remplir ses avions. Au 2e trimestre, les coefficients d’occupation des sièges sont en recul pour Air France, KLM et HOP (-0,3 point à 84,7%) comme pour Transavia (-1,9 point à 88,4%).

Le groupe signale ainsi une « pression croissante » sur les recettes unitaires, en retrait de 3,7% pour le 2e trimestre. Mais il a réduit ses charges d’exploitation de 7,5%, principalement grâce à une diminution de 29,7% de sa facture carburant (1,1 milliard d’euros). Hors carburant, les charges d’exploitation ont augmenté de 0,3%. Les coûts totaux de personnel (y compris intérimaires) ont baissé de 2,7% à 1,8 milliard d’euros.

Pour les six premiers mois de l’année, Air France-KLM reste dans le rouge, avec une perte de 114 millions d’euros. Il s’agit néanmoins là-aussi d’une nette amélioration par rapport aux 638 millions de perte de la même période de 2015. Le chiffre d’affaires semestriel est en baisse de 2,6% à 11,8 milliards d’euros. Il recule de façon plus importante chez Air France (-3,3% à 7,3 milliards d’euros) que chez KLM (-1,1% à 4,6 milliards d’euros). Les deux compagnies présentent cependant des résultats d’exploitation positifs pour le 1er semestre (15 millions d’euros pour Air France, et 207 millions d’euros pour KLM), alors que l’une et l’autre étaient dans le rouge l’année dernière à la même période. Transavia reste déficitaire au 1er semestre, avec un résultat d’exploitation négatif de 75 millions d’euros, stable malgré une importante augmentation des capacités (+10,8%), un signe encourageant.

Dans ses perspectives pour le reste de l’année 2016, Air France-KLM souligne « une préoccupation particulière sur la destination France » qui pourrait avoir un impact négatif sur ses revenus. Le directeur financier du groupe, Pierre-François Riolacci, s’est inquiété mercredi matin devant les journalistes, d’une « désaffection continue de la clientèle asiatique après les attentats et les violences en marge des manifestations de juin en France » , selon l’agence Reuters. « A la forte baisse de la clientèle japonaise depuis l’attentat contre Charlie Hebdo en janvier 2015, Air France a vu s’ajouter au deuxième trimestre un recul de la fréquentation des voyageurs chinois, notant une chute de 50% des volumes de réservations des groupes » , ajoute l’agence.

D’une façon générale, « le contexte mondial en 2016 reste fortement incertain au regard de l’environnement géopolitique et économique dans lequel nous opérons, du prix du carburant, de la poursuite de la situation de surcapacité sur différents marchés » , indique le groupe dans son communiqué. Il s’attend aussi à ce que les économies sur la facture carburant soient « plus que compensées » dans les trimestres à venir par une pression à la baisse sur les recettes unitaires et un effet de change négatif.

C’est dans ce contexte que débute la grève des hôtesses et stewards d’Air France ce 27 juillet. Prévue pour durer jusqu’au 2 août, « elle aura un coût financier très élevé, ce qui ne peut que compliquer le travail qui reste à faire pour placer la compagnie dans un cycle de croissance rentable » , a estimé le nouveau PDG d’Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac, lors d’une interview mercredi matin avec Le Figaro. « Je consacrerai toute mon énergie dans les semaines et mois qui viennent à rétablir (la) confiance » avec les syndicats d’Air France, a aussi assuré le dirigeant.

Photo © KLM