Ryanair : hausse du bénéfice et baisse des tarifs au 2e trimestre

Ryanair : Boeing 737

Ryanair a annoncé lundi une hausse de 4% de son bénéfice avant impôt pour la période d’avril à juin 2016, premier trimestre de son exercice 2016-2017. Ce résultat, conforme à ses prévisions, s’accompagne d’une baisse de 10% du prix des billets, qui passe sous la barre des 40 euros, et d’une augmentation de 11% du nombre de passagers transportés, avec 31,2 millions de voyageurs sur les trois mois.

« Cette modeste augmentation de 4% du résultat trimestriel, à 256 millions est conforme à ce que nous avions prévu. L’absence de Pâques au 1er trimestre de notre exercice et la volatilité du marché résultant d’événements terroristes, ainsi que les grèves à répétition des contrôleurs aériens (notamment en France) a affaibli les prix des réservations et a causé l’annulation de près de 1.000 vols » , a expliqué Michael O’Leary dans un communiqué le 25 juillet.

Le dirigeant ajoute que dans ce contexte, Ryanair a continué de privilégier le remplissage des avions plutôt que la rentabilité des vols, « raison pour laquelle les tarifs au 1er trimestre de notre exercice ont chuté de 10% » , à 39,92 euros en moyenne. Le coefficient de remplissage gagne 2 points en un an et s’établit à 94%.

Sur les prix, la compagnie s’est rattrapée avec les recettes ancillaires (liées aux prestations annexes comme les bagages enregistrées ou la réservation d’un siège) qui augmentent pour représenter 26% du chiffre d’affaires, contre 24% un an plus tôt. En outre, le coût unitaire est en baisse de 9% (4% hors carburant).

Le chiffre d’affaires trimestriel atteint au total près d’1,7 milliard d’euros, en hausse de 2% en un an. Le bénéfice avant impôt s’établit à 256 millions d’euros, soit une hausse de 4% un an. La marge nette est stable, à 15%.

Ryanair compte 84 bases opérationnelles au 30 juin 2016. Elle indique aussi que les quatre bases ouvertes durant la saison été 2016 (Belfast, Corfou, Ibiza et Saint-Jacques-de-Compostelle) affichent « de bonnes performances » en termes de réservations anticipées. Huit nouvelles bases ont été annoncées pour cet hiver (Bucarest, Bournemouth, Hambourg, Nuremberg, Prague, Sofia, Timişoara et Vilnius), tandis que celle de Berlin passera de 4 à 9 avions stationnés. Le Luxembourg deviendra le 33e pays desservi.  La compagnie prévoit d’ouvrir 133 routes pour l’hiver 2016-2017. Une base, celle d’Oslo-Rygge, et 16 lignes seront fermées en Norvège « en raison d’une taxe sur les voyages aériens de 8,5 euros« , regrette la low-cost irlandaise.

Le Brexit pourrait représenter « quelques opportunités« 

Concernant le Brexit, « à court terme, nous prévoyons que l’incertitude conduira à un affaiblissement de la livre sterling, à un ralentissement de la croissance au Royaume-Uni et dans l’Union européenne, et à une pression à la baisse sur les tarifs jusqu’à la fin de 2017 au moins » ,  a indiqué Michael O’Leary. « À long terme, si le Royaume-Uni est incapable de négocier l’accès au marché unique ou un accord de ciel ouvert, il peut avoir des implications pour nos 3 routes domestiques aux Royaume-Uni (…) mais ces risques ne sont pas significatifs et seront gérables. Il peut aussi y avoir quelques opportunités si nos concurrents enregistrés au Royaume-Uni ne sont plus autorisés à exploiter des liaisons intracommunautaires » ou doivent restructurer leur actionnariat, a ajouté le dirigeant.

« En attendant, nous allons faire pivoter notre croissance en dehors des aéroports britanniques et nous concentrer davantage sur la croissance dans nos aéroports de l’Union européenne pour les deux prochaines années » , a confirmé Michael O’Leary. En particulier, la compagnie va diminuer sa capacité à Londres-Stansted en réduisant la fréquence de « nombreuses routes » , sans pour autant fermer de lignes.

Perspectives

Ryanair reste prudente pour le reste de son exercice. Les réservations sont en hausse de 1% en un an et elle s’attend à transporter 117 millions de passagers d’avril 2016 à mars 2017 (1 million de plus que ses prévisions antérieures), avec un coefficient de remplissage stable, à 93%. Elle s’attend à baisser de 6% ses tarifs pour la période de juillet et septembre 2016 par rapport à un an plus tôt (soit 8% sur les six mois d’avril à septembre) tout en réduisant ses coûts unitaires (hors carburant) de 1%.

« Pour le moment, nous maintenons nos prévisions, avec un bénéfice pour l’exercice complet en augmentation d’environ 12%, situé entre 1,375 et 1,425 milliard d’euros, mais il y a des risques  importants à la baisse pendant le reste de l’année en raison du Brexit » , a prévenu Michael O’Leary.

Photo Ryanair : Boeing 737

One thought on “Ryanair : hausse du bénéfice et baisse des tarifs au 2e trimestre

  1. en 2015 le président propriétaire de Ryanair, David Bonderman et ses amis associés (dont O’Leary, 4%) se sont partagé 1 milliard 300 millions d’euros de dividendes… soit plus de dix euros par passager transporté (100 millions en ordre d’idée ), le tout en vendant des billets à 29 euros….. surprenant, non

Comments are closed.