Alitalia retourne à Pékin

Airbus A330-200 avec la nouvelle livrée d'Alitalia - © Alitalia

Après trois ans de suspension, Alitalia a repris lundi sa liaison entre Rome et Pékin.

A compter de ce 18 juillet 2016, Alitalia relie son hub de Rome-Fiumicino et l’aéroport Pékin-Capital à raison de quatre vols par semaine avec un Airbus A330-200. L’appareil est configuré pour 250 passagers répartis en trois classes (Affaires, Premium Economy et Economy), avec une cabine rénovée et une connectivité à Internet par réseau Wi-Fi, a précisé la compagnie dans un communiqué.

Le vol quitte Rome-Fiumicino les lundi, mercredi, vendredi et samedi à 14h20 pour atterrir à Pékin à 06h20 le jour suivant. Dans l’autre sens, le départ de Pékin s’effectue chaque mardi, jeudi, samedi et dimanche à 09h15 pour arriver à Rome à 14h25 le même jour.

Pékin est la troisième destination long-courrier ouverte par Alitalia cette année, après Santiago du Chili et Mexico. « Ces trois nouvelles liaisons intercontinentales lancées en 2016 représentent une augmentation de 8% du nombre de vols long-courriers en comparaison de l’an dernier » , a déclaré Cramer Ball, le directeur exécutif d’Alitalia.

La compagnie indique qu’elle a signé des accords commerciaux avec les grandes compagnies aériennes chinoises, précisément ses partenaires de l’alliance SkyTeam, China Eastern et China Southern Airlines, mais aussi Hainan Airlines, qui lui permettent de servir, avec des vols directs ou en continuation depuis Pékin, plus de 30 destinations en Grande Chine. Certains de ces accords sont soumis à l’approbation des autorités.

« Nous sommes déterminés à croître sur le marché chinois. Nous sommes une entreprise différente d’il y a quelques années. Nous avons beaucoup investi dans les produits et les services, nous avons formé des alliances commerciales avec des partenaires chinois et nous avons un partenaire industriel solide (Etihad Airways, ndlr) qui nous soutient dans ce défi » , a aussi expliqué Cramer Ball.

Avec ce nouveau vol vers Pékin, Alitalia exploite désormais 22 vols hebdomadaires à destination ou en provenance de l’Extrême-Orient, où elle dessert également Tokyo-Narita et Séoul-Incheon.

Sur la route Rome-Pékin en particulier, la compagnie offre environ 8.200 sièges par mois, et peut transporter en soute jusqu’à 300 tonnes de marchandises mensuellement. Ce service concurrence directement celui d’Air China.

Photo Airbus A330-200 avec la nouvelle livrée d’Alitalia – © Alitalia