Brexit : Delta réduit la voilure vers le Royaume-Uni

Delta : Boeing 777-200LR en vol

Lors de la présentation de ses résultats trimestriels jeudi, la compagnie aérienne américaine Delta Air Lines a annoncé qu’elle réduira de 6% son offre de sièges vers le Royaume-Uni cet hiver, pour des raisons liées au Brexit.

Delta a déjà averti qu’elle allait réduire sa croissance cette année pour enrayer la chute de son revenu unitaire (RSKO) que ne compense plus les cours du carburant. Le phénomène s’accentue vers le Royaume-Uni. Face à « une pression accrue » provenant de « la forte baisse de la livre sterling » et « aux incertitudes liées à la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne, Delta a décidé de réduire de 6% sa capacité entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni pour les horaires d’hiver » , a prévenu le 14 juillet la compagnie américaine dans un communiqué. Les routes affectées par ces décisions ne sont pas précisées.

La mesure entrainera une réduction d’environ 1% de la capacité globale de Delta pour le 4e trimestre 2016. Avec ceci, la compagnie s’attend à que sa croissance atteigne 1% cette année, en comparaison de 2015.

Malgré une chute de 4,9% de son revenu unitaire, Delta a publié pour le 2e trimestre 2016 un bénéfice ajusté avant impôt de 1,7 milliard de dollars, en hausse de 42 millions de dollars par rapport au 2e trimestre 2015. Mais « alors que nous regardons le reste de l’année, les importantes économies réalisées d’une année sur l’autre grâce à la baisse des prix du carburant sont derrière nous » , a expliqué Ed Bastian, le directeur exécutif.

Delta a indiqué précédemment qu’elle veut améliorer ses performances financières “quelle que soit la direction que prendront les prix du carburant” . En réduisant sa capacité notamment vers le Royaume-Uni, elle espère rééquilibrer l’offre et la demande en vue d’augmenter ses tarifs. « Il est important de réaliser nos objectifs financiers à long terme consistant à remettre notre revenu unitaire sur une trajectoire positive » , a déclaré Ed Bastian.

L’IATA a estimé que le Brexit pourrait entrainer une chute de 3 à 5% du trafic arien au Royaume-Uni d’ici 2020 en raison du ralentissement attendu de l’économie britannique et de la dépréciation de la livre sterling.

Photo Delta : Boeing 777-200LR en vol