Alitalia en grève ce 5 juillet

Alitalia : Airbus de la famille A320

A l’appel du syndicat Filt Cigl, les personnels navigants d’Alitalia sont en grève ce mardi 5 juillet de 11h00 à 15h00 pour protester contre une modification des conditions de travail. La compagnie est contrainte d’annuler des dizaines de vols.

« La grève, la première depuis de nombreuses années, est liée aux conditions de vie et de travail du personnel qui est affecté par des décisions qui n’ont jamais été négociées au préalable« , a expliqué dans un communiqué Nino Cortorillo, le secrétaire général du syndicat Filt Cigl. Il évoque une augmentation des horaires de travail et des procédures de licenciement individuels qui seraient selon lui « en dehors des normes » , mais aussi le fait que la direction ait décidé de revenir sur des facilités accordées aux salariés depuis une dizaine d’années pour se déplacer depuis leur domicile.

Le directeur exécutif d’Alitalia, Cramer Ball, a quant à lui jugé cette grève « incompréhensible« . Les syndicats sont prêts « à affecter les clients et les affaires d’Alitalia pour défendre les privilèges d’une partie des employés » , a-t-il déploré.

Dans un message destiné aux passagers, Cramer Ball précise que la grève est liée à la décision de supprimer un « privilège pour les pilotes et membres du personnel » leur permettant de « voyager gratuitement depuis différentes parties de l’Italie pour gagner ou quitter leurs bases de Rome ou Milan » . La mesure est prise « pour économiser de l’argent » et est « en ligne » avec ce qui se pratique chez « les autres compagnies aériennes en Europe et dans le reste du monde » , a assuré le directeur d’Alitalia.

Le mouvement contraint la compagnie à annuler de très nombreux vols ce mardi – jusqu’à 142 selon certaines sources. A priori, les vols long-courriers ne sont pas concernés. Alitalia est par ailleurs tenue à assurer un service minimum sur certaines liaisons intérieures. Les passagers affectés par les annulations bénéficient de conditions commerciales pour se faire rembourser ou reporter leur vol jusqu’à fin octobre.

En perte depuis de nombreuses années, Alitalia est désormais détenue à 49% par Etihad Airways d’Abu Dhabi. Elle vise un retour à la rentabilité d’ici 2017.

Photo Alitalia