TransAsia GE235 : un accident qui aurait pu être évité, selon le rapport final

Crash de l'ATR de TransAsia GE235

L’Aviation Safety Council (ASC) de Taïwan a rendu vendredi son rapport final sur le crash d’un ATR 72-600 de TransAsia Airways l’année dernière, concluant que l’accident, qui résulte de l’enchainement d’une défaillance technique et d’erreurs humaines, aurait pu être évité si les pilotes avaient suivi les procédures.

L’ATR 72-600 opérait le vol GE235 entre l’aéroport Taipei-Songshan et Kinmen, avec 58 personnes à bord. Les pilotes ont perdu le contrôle alors que l’appareil était en phase de montée initiale. L’ATR a décroché et s’est écrasé dans la rivière Keelung, à trois miles nautique de l’aéroport d’où il avait décollé, faisant 43 morts et 15 blessés parmi les occupants. Au moment de s’écraser, l’appareil a heurté avec son aile gauche un taxi qui passait, faisant deux autres blessés.

« Cet accident résulte de nombreux facteurs contributifs qui ont culminé dans une perte de contrôle liée à un décrochage » , indique l’ASC dans son rapport final. Ce dernier explique que le moteur numéro 2 s’est éteint automatiquement suite à une défaillance technique peu de temps après le décollage. C’est là qu’intervient l’erreur humaine. L’équipage n’a pas respecté les procédures normalisées de TransAsia Airways en cas d’extinction moteur au décollage, si bien que « le pilote aux commandes a réduit la puissance et a ensuite arrêté le mauvais moteur (numéro 1) » .

L’appareil a décroché, et l’équipage n’a pas répondu aux alarmes « en temps voulu et de façon appropriée » . Lorsque le pilote s’est rendu compte de son erreur, il ne restait plus assez de temps ni d’altitude pour récupérer l’avion et éviter l’impact.

« Si l’équipage avait priorisé ses actions pour stabiliser la trajectoire de vol, identifié correctement la défaillance du système de propulsion et ensuite appliqué les mesures conformes à la procédure sur le moteur numéro 2, l’accident aurait pu être évité« , conclut l’ASC.

Il s’agissait du deuxième accident mortel impliquant un appareil de TransAsia Airways en sept mois, après le crash en juillet 2014 d’un ATR 72-500 à Magong, dans l’archipel de Penghu, effectuant le vol GE222.

« Le non-respect systémique des procédures opérationnelles normalisées par les équipages de TransAsia Airways, identifié lors des précédentes enquêtes, dont le vol GE222, était resté sans réponse au moment de l’accident du GE235 » , selon l’ASC.

Laissez un commentaire