Brexit : La Compagnie étudie plusieurs scénarios

La Compagnie : Boeing 757-200W

La ligne Londres-New York de La Compagnie serait-elle menacée ? Le transporteur français, spécialisé dans les vols tout classe Affaires, a indiqué lundi soir qu’il étudie plusieurs scénarios suite au résultat du référendum du 23 juin au Royaume-Uni.

Tout en disant « prendre acte » de la décision du peuple britannique en faveur de sa sortie de l’Union Européenne, La Compagnie fait savoir le 27 juin qu’elle étudie, « dans ce nouvel environnement et à l’instar de ses consoeurs européennes et britanniques, plusieurs scénarios, tout en surveillant l’évolution de la Livre Sterling« .

Plus précisément, sa liaison Londres – New York, ouverte en avril 2015, bénéficie directement de l’accord de ciel ouvert en vigueur entre l’Union Européenne et les Etats-Unis dont le Royaume-Uni est nomément partie prenante. C’est cet accord qui autorise les liaisons aériennes depuis toute ville du Royaume-Uni vers toute ville des États-Unis par un transporteur communautaire tel que La Compagnie.

« Si nous sommes convaincus qu’il est de l’intérêt de tous que les accords actuels restent en vigueur dans le futur cadre réglementaire, nous entrons dans une période d’incertitude à cet égard et nous nous devons donc d’étudier l’impact de ce nouvel environnement sur l’évolution du marché comme sur nos propres opportunités de développement » , prévient Frantz Yvelin, Président-fondateur de La Compagnie Boutique Airline.

Le dirigeant ajoute que suite à l’investissement « d’importantes ressources » depuis plus d’un an, « notre offre entre Londres et New York continue à progresser et affiche désormais un taux de remplissage de plus de 70% » .

Un développement que peuvent compromettre le ralentissement attendu de l’économie britannique et la baisse du trafic aérien au Royaume-Uni comme le prévoit l’IATA. Par ailleurs, le trafic premium sur Londres donnait déjà des signes de faiblesse au 1er trimestre, selon Willie Walsh, le patron d’International Airlines Group qui détient notamment British Airways.

La Compagnie opère deux Boeing 757-200 aménagés avec 74 sièges de classe Affaires, en service depuis Londres Luton et Paris-Charles de Gaulle vers New York-Newark.

« Notre desserte quotidienne opérée avec succès depuis juillet 2014 entre Paris et New York n’est évidemment pas concernée par cette nouvelle donne » , précise Frantz Yvelin.

Photo La Compagnie : Boeing 757-200W

Laissez un commentaire