Ryanair ne veut pas du « Brexit »

Ryanair : Boeing 737

Ryanair a appelé lundi les électeurs britanniques à voter en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’Union Européenne lors du referendum qui est organisé 23 juin prochain. En cas de sortie (Brexit), elle envisage de réduire ses investissements dans le pays. 

La low-cost irlandaise inaugurait ce 16 mai un nouveau centre de formation à l’aéroport Londres-Stansted, la plus grande base de son réseau. Elle transporte chaque année 40 millions de passagers au Royaume-Uni sur un total d’un peu plus de 100 millions sur l’ensemble de ses lignes.

Equipé de quatre simulateurs de vol complets, d’une maquette de cabine et d’un avion pleine grandeur, le nouveau centre d’entrainement permettra à la compagnie de recruter et former cette année 1.000 pilotes, hôtesses, stewards et techniciens dans le cadre de son expansion. Environ 450 d’entre eux rejoindront ses équipes à travers les 13 bases du Royaume-Uni où elle ajoute cette année 40 avions.

Ceci est « le type d’investissements étrangers d’envergure qui contribue à stimuler l’économie et la création d’emplois au Royaume-Uni. C’est exactement ce genre d’investissement qui sera perdu au profit d’autres pays membres si le Royaume-Uni vote pour quitter l’Union européenne » , a prévenu Michael O’Leary, le directeur exécutif de Ryanair.

Le dirigeant a assuré que la low-cost « a conduit la révolution du transport aérien à petit prix » en Europe grâce au marché unique. « Alors que nous transportons des millions de citoyens britanniques en Europe chaque année et des millions de visiteurs européens vers la Grande-Bretagne, nous appelons à un vote massif en faveur du « Rester dans l’Union Européenne » le 23 Juin. Je suis absolument certain que l’économie britannique se porte mieux en Europe (qu’en dehors, ndlr) » , a-t-il affirmé.

« Si la Grande-Bretagne quitte le marché unique, elle pourrait être forcée de sortir du régime de Ciel Ouvert (entre les pays membres, ndlr) si bien que le prix des billets et le coût des vacances augmenteront. Il ne s’agit pas de spéculations, mais bien d’une certitude » , a insisté Michael O’Leary devant la presse.

Le patron de Ryanair a reçu l’appui de l’aéroport Londres-Stansted : « Quitter l’Union Européenne serait sans conteste un énorme pas en arrière pour le transport aérien britannique, un secteur qui emploie environ un million de personnes et soutient nombre de nos entreprises les plus performantes et les plus innovantes » , a souligné le directeur de l’aéroport, Charlie Cornish. Avant l’arrivée de Ryanair, la plateforme était connectée à une douzaine de destinations en Europe, contre plus de 140 aujourd’hui.

Photo Ryanair : Boeing 737

 

Laissez un commentaire