Turkish Airlines plombée par la crise au Moyen-Orient

Boeing : 777-300ER et 737-800 NG de Turkish Airlines

L’instabilité politique qui règne au Moyen-Orient et les attentats en Turquie n’auront pas épargné Turkish Airlines: ses comptes plongent au premier trimestre et virent au rouge. Le remplissage des avions souffre mais le nombre de passagers transportés progresse grâce aux correspondances internationales.

Turkish Airlines a publié lundi une perte de 214 millions de dollars pour le premier trimestre 2016, contre un bénéfice de 17 millions de dollars pour la même période de 2015. Il s’agit de sa plus lourde perte trimestrielle depuis une quinzaine d’année. Elle intervient après un exercice 2015 marqué par des bénéfices record de 895 millions de dollars, en hausse de 32%.

Cette perte est obtenue avec un chiffre d’affaires qui recule de -1%, à 2,1 milliards de dollars. « L’instabilité politique et économique (…) et une perception croissante des risques mondiaux et régionaux en Turquie et en Europe ont eu un impact négatif sur la demande dans le transport aérien et placé une pression supplémentaire sur les rendements au cours d’un trimestre saisonnièrement faible » , explique la compagnie dans un communiqué.

Turkish Airlines a transporté près de 14,2 millions de passagers au premier trimestre, en hausse de 10,3% grâce aux correspondances internationales (+22%) que la situation politique n’a donc pas impactées, contrairement au trafic direct. La compagnie « a géré activement sa capacité pour la déployer sur les routes contribuant le plus au réseau » , explique-t-elle. Selon ses chiffres, cette capacité a continué sa croissance au premier trimestre  (+19,1% en SKO) mais la demande n’a pas totalement suivi (+14,6% en RPK). Le coefficient d’occupation des sièges perd -2,9 points de pourcentage (74,0%), voire -3,2 points pour le trafic international (72,8%).

Malgré cette mauvaise passe financière, Turkish Airlines confirme sa stratégie de croissance à long terme en tirant parti « de l’avantage géographique d’Istanbul en tant que plaque tournante de l’aérien » . Elle vise une flotte de 500 avions pour obtenir 3% de parts de marché mondial.

Dans ce contexte, la compagnie prendra livraison de 43 avions en 2016 ce qui lui permettra de réaliser 2,1% du trafic mondial à la fin de l’année pour être la 10e compagnie dans le monde, selon ses données.

Après avoir lancé de nouvelles routes comme Atlanta, Panama et Bogotá, Turkish Airlines vole à présent vers 284 destinations dans 115 pays (49 en Turquie et 238 à l’international), constituant l’un des réseaux les plus denses au monde.

Sa flotte comprend au 31 mars 2016 306 avions, dont 76 gros-porteurs (20 A330-200, 28 A330-300, 4 A340-300, 24 777-300ER), 220 monocouloirs (114 737-700/800/900ER, 102 A319/A320/A321, 4 E190) et 10 avions cargo (6 A330-200F et 4 en wet-lease).

Photo Boeing : 777-300ER et 737-800 NG de Turkish Airlines

Laissez un commentaire