Air France recevra son premier Boeing 787 fin 2016

Visualisation d'un Boeing 787-9 Dreamliner en livrée Air France - © Boeing

Air France a indiqué mardi soir qu’elle réceptionnera son premier Boeing 787-9 Dreamliner à fin de l’année pour une mise en service début 2017. Pour autant, la compagnie renonce à son dernier plan de croissance dont les mesures de productivité ont été refusées par les pilotes. Ces derniers verront leur rémunération baisser dès le mois prochain à travers l’application des dernières mesures du plan Transform 2015.

Air France prendra livraison de son premier Dreamliner à l’automne, pour une mise en service en janvier de l’année prochaine. Elle recevra un deuxième exemplaire en avril 2017 dont la mise en ligne interviendra au cours de l’été. Selon l’agence Reuters, quatre autres appareils sont prévus jusqu’en avril 2018, mais leur arrivée n’a pas encore été validée mardi par le Conseil d’administration d’Air France, ajoute La Tribune.

Au-delà, le plan de flotte n’est pas précisé, la compagnie se contenant de prendre livraison de ses premiers 787. Pour mémoire, le groupe Air France-KLM a commandé auprès de Boeing 19 787-9 et six 787-10. Il a également prévu de louer douze 787 à la société de leasing AerCap. Sur ces 37 appareils, les six 787-10, et a priori quinze 787-9, sont destinés à KLM.

Avec les premiers Dreamliner, Air France souhaite réaliser des économies d’exploitation par rapport à ses Airbus A340 vieillissants. Douze appareils de ce type sont répertoriés dans la flotte au 31 mars 2016, mais pas tous sont en service. Les A340 volent aujourd’hui vers l’Afrique (Bamako, Cotonou, Lagos, Lomé, Niamey ), le Moyen-Orient (Beyrouth, Le Caire), l’Amérique latine-Caraïbes (Caracas, Bogota, Saint Martin) et l’Amérique du Nord (Détroit, Montréal).

En parallèle, Air France renonce à son plan de croissance sur long courrier présenté en avril, prévoyant une flotte qui se serait agrandie de deux avions chaque année entre 2017 et 2020. Le projet était ouvert à signature jusqu’au 02 mai. Le SNPL a rejeté avant ce terme les mesures de productivité qui l’accompagnaient.

Par voie de conséquence, le Conseil d’administration d’Air France a décidé de mettre en application au 1er juin 2016 les dernières mesures du plan Transform 2015 qui n’était pas encore soldé pour les pilotes, contrairement aux hôtesses et stewards et aux personnels au sol. Le tribunal de Bobigny en première instance, puis la cour d’appel de Paris, avaient autorisé la compagnie à le faire.

Cette décision se traduira par une baisse de la rémunération des pilotes : les heures de nuit seront majorées de 40% au lieu de 50% actuellement, les activités au sol seront moins bien payées, la durée de préparation au sol des instructeurs sera réduite de moitié, et l’annualisation de 12 jours de repos sera mise en œuvre à partir d’avril 2017.

Air France s’attend ainsi à économiser 20 à 30 millions d’euros par an, soit 2 à 3% de la masse salariale des pilotes.

A ce jour, les syndicats de pilotes n’ont pas officiellement réagi. Sur les réseaux sociaux, certains de leurs membres, notamment du SNPL, font part à titre personnel de leur mécontentement et en appellent ouvertement à la grève pour protester contre cette décision.

Le groupe Air France-KLM a publié mercredi des résultats financiers en nette amélioration, tout en confirmant son objectif de réduire de 1% ses coûts unitaires en 2016 dans un environnement incertain et concurrentiel.

Visuel : © Boeing

Laissez un commentaire