ATR part à la conquête du marché américain

ATR 72-600 MSN 1316 au décollage à Toulouse-Blagnac

Le constructeur de turbopropulseurs ATR effectue ce mois-ci une tournée de démonstration d’une dizaine de jours aux Etats-Unis et au Canada pour présenter les avantages de ses appareils sur les courtes liaisons régionales.

Un ATR 72-600 en livrée spéciale se rend du 2 au 13 mai à Toronto, Chicago, White Plains (État de New York), Hyannis (Massachussetts) Washington, Charlotte, Dallas, Seattle et Cincinnati, a indiqué lundi ATR. Il s’agira des premières démonstrations de vol d’un ATR de la nouvelle série -600 en Amérique du Nord. L’avion sera également exposé sur le statique à Charlotte du 8 au 10 mai lors de la convention de la RAA, la traditionnelle réunion des compagnies aériennes régionales d’Amérique du Nord.

Le constructeur basé à Toulouse veut montrer les « nombreux avantages » que présente son avion en termes d’économies et de confort pour l’aviation régionale aux États-Unis et au Canada. « L’ATR 72-600, qui est déjà le leader mondial incontesté des avions régionaux, répond parfaitement aux besoins des compagnies aériennes qui opèrent des vols court-courrier en Amérique du Nord » , estime dans un communiqué Patrick de Castelbajac, Président Exécutif d’ATR.

Le marché offre de belles perspectives, selon le constructeur basé à Toulouse. À ce jour, près de 2.000 appareils régionaux, principalement des avions à réaction, opèrent aux Etats-Unis. Or, plus de 30 % des liaisons assurées par ces jets régionaux font moins de 550 kilomètres (300 miles nautiques), « des distances où les coûts d’exploitation et la faible consommation de carburant des nouveaux ATR – 600 sont inégalés » , selon ATR.

L’avionneur analyse aussi que plus de 400 liaisons régionales ont été supprimées aux États-Unis depuis 2006, souvent par manque de rentabilité. Dans ce contexte, l’ATR -600 « représente un atout réel pour rétablir des liaisons régionales au profit de nombreuses populations qui ont assisté à une forte diminution des services aériens lors de la dernière décennie. Cette série permet de proposer aux compagnies régionales les appareils les plus efficaces pour les vols court-courrier, tout en leur permettant de moderniser leur offre aux passagers » , explique Patrick de Castelbajac.

ATR compte notamment marquer des points lors du renouvellement des flottes d’avions régionaux dont l’âge moyen en Amérique du Nord est plutôt élevé.

Photo ATR 72-600 MSN 1316 au décollage à Toulouse-Blagnac

 

Laissez un commentaire