South African Express Airways clouée au sol pour raison de sécurité

Bob Adams CC BY-SA 2.0 : SA Express Bombardier CRJ700 https://commons.wikimedia.org/wiki/File:SA_Express_CL-6002C-10_ZS-NBG_(8562288722).jpg?uselang=fr

L’autorité de l’aviation civile sud-africaine a retiré samedi pour des raisons de sécurité le certificat d’opérateur aérien (AOC) de South African Express Airways (SA Express), obligeant la compagnie à suspendre tous ses vols.

La South African Civil Aviation Authority (SACAA) a justifié sa décision du 30 avril : « le régulateur ne peut pas permettre à la compagnie aérienne de poursuivre ses opérations tant que les problèmes de sécurité identifiés ne sont pas traités de manière adéquate » , indique-t-elle dans un communiqué.

Elle a mené récemment des inspections qui ont révélé des manquements à la réglementation locale, mais aussi des procédures insuffisantes dans la surveillance de la sécurité, « faisant courir un risque grave aux équipages, aux passagers et au grand public » . La SACAA considère également que les actions correctives proposées par la compagnie « sont inadéquates » et « ne répondent pas de façon satisfaisante aux manquements observés » .

Des milliers de voyageurs sont ainsi laissés sur la carreau en Afrique du Sud, mais la SACAA précise qu’elle « ne prend pas cette décision à la légère » , et vise à « maintenir le taux d’accidents mortels à 0% sur les vols réguliers » dans le pays.

De son côté, SA Express assure qu’elle est discussion avec la SACAA pour résoudre ce problème. Elle se dit « confiante » qu’une solution sera trouvée dès dimanche. En attendant, ses passagers sont transférés sur les vols d’autres compagnies aériennes.

Détenue par l’Etat sud-africain, SA Express exploite une flotte « tout Bombardier » , comprenant dix CRJ200 (50 sièges), quatre CRJ700 (70 sièges) et dix Q400 (74 sièges). Elle vole vers 19 destinations, principalement en Afrique du Sud, mais aussi au Botswana, en République démocratique du Congo, en Namibie, en Zambie et au Zimbabwe.

Fortement endettée, la compagnie a demandé la caution de l’Etat pour obtenir des prêts bancaires. Le gouvernent sud-africain réfléchit actuellement à fusionner SA Express et South African Airways (SAA), également en difficulté financière.

Photo Bob Adams CC BY-SA 2.0 : SA Express Bombardier CRJ700

Laissez un commentaire