Volotea rejoint l’A4E

Boeing 717 de Volotea - CC Wikimedia Commons / Bene Riobó

La low-cost espagnole Volotea rejoint les rangs d’Airlines 4 Europe (A4E), la première association de compagnies aériennes européennes.

logo A4E« L’A4E est désormais notre voix pour traiter les questions politiques et réglementaires qui affectent nos activités quotidiennes et qui doivent être abordés dans l’intérêt de tous les passagers européens » , a déclaré Carlos Muñoz, le directeur général de Volotea, cité dans un communiqué.

Basée à Barcelone, Volotea rejoint au sein de l’A4E les grands noms du transport aérien européen, Air France-KLM, easyJet, Finnair, International Airlines Group (IAG), Jet2.com, le groupe Lufthansa, Norwegian Air et Ryanair. Ensemble, ces compagnies aériennes représentent 500 millions de passagers annuellement, soit la moitié du trafic européen. Leur flotte compte plus de 2.300 avions et leur chiffre d’affaires cumulé atteint 93 milliards d’euros.

Thomas Reynaert, le directeur général de l’A4E, s’est félicité que l’association « attire de nouveaux membres, opérant sous divers modèles économiques » . Selon lui, « cette approche conjointe gagne en visibilité auprès de Bruxelles » .

Créée tout récemment, en janvier 2016, l’A4E a inscrit à l’ordre du jour de ses activités de lobbying la baisse des coûts aéroportuaires dans l’Union Européenne, l’amélioration du contrôle aérien en vue de le rendre plus fiable et plus efficace, la baisse des taxes « déraisonnables » , mais aussi la défense des intérêts des consommateurs-passagers aériens.

L’adhésion de Volotea arrive après une semaine chargée pour cette association, qui a vertement critiqué les grèves à répétition des contrôleurs aériens français ainsi que celles des employés des aéroports en Allemagne. Mercredi dernier, son directeur général a été entendu par le Parlement européen sur le sujet des taxes passagers, faisant valoir que « leur abolition permettrait de stimuler la croissance et créer des emplois » .

Photo Boeing 717 de Volotea – CC Wikimedia Commons / Bene Riobó

Laissez un commentaire