L’aéroport de Nice veut baisser davantage ses redevances

© Aéroports de la Côte d'Azur

A la veille de sa privatisation, l’aéroport de Nice veut proposer dans le cadre d’un Contrat de Régulation Economique une diminution de plus de 17% d’ici 2020 de la redevance payée par les compagnies aériennes pour la saison Hiver, accentuant ainsi la baisse amorcée en 2016.

Le groupe Aéroports de la Côte d’Azur (ACA), qui gère l’aéroport de Nice, est prêt à s’engager dans un processus de concertation avec l’Etat sur un premier Contrat de Régulation Economique (CRE) d’une durée de 5 ans, en vue d’une application dès avril 2017, dans le cadre duquel il « proposera une baisse des tarifs de redevances aéroportuaires dues par les compagnies aériennes régulières, représentant une diminution de plus de 17 % des tarifs hiver d’ici 2020, soit – 4 % chaque hiver » , annonce le groupe dans un communiqué le 18 avril.

Validé par les actionnaires d’ACA, cet engagement accentue la baisse amorcée en 2016 de sa redevance passagers d’Hiver, prévoyant déjà une diminution de -2,5% de la redevance passagers à l’hiver 2016/2017 suivie d’un gel, en euros courants, de ces nouveaux tarifs pour les 9 années suivantes. Les redevances de Service Public Aéroportuaire de la saison Eté sont également gelées à compter d’avril 2016 et pendant 10 ans.

Cette première série de mesures correspondait à un engagement « sans précédent, en termes de transfert de risque trafic des compagnies vers l’aéroport » , selon le groupe. ACA s’interdit en effet pendant 10 ans – même en cas de baisse de trafic – de revoir à la hausse ses redevances de Service Public Aéroportuaire.

L’effort accru sur les tarifs de redevances qui vient d’être annoncé est cependant « compatible avec une poursuite du développement de l’aéroport et l’amélioration continue de ses performances opérationnelles et financières » , précise-t-il aujourd’hui.

Cette annonce intervient quelques semaines après le lancement du processus de privatisation des aéroports de Nice et Lyon qui doit aboutir cet été. Les compagnies aériennes craignent que la cession des parts de l’Etats n’entraîne à terme une augmentation des redevances aéroportuaires, ce que réfute donc ACA. « L’examen de la stratégie de long terme et des engagements adoptés par Aéroports de la Côte d’Azur vient balayer tout risque de hausse des tarifs » , déclare Dominique Thillaud, président du Directoire d’Aéroports de la Côte d’Azur.

Pour la plateforme niçoise, il s’agit d’assurer sa compétitivité. « Nous restons convaincus que l’impact fort de nos mesures fera la différence pour nos compagnies clientes et à venir, qui nous challengent avec nos concurrents européens » , explique Didier Monges,  directeur Opérations et Développement Compagnies.

Ces propositions seront soumises au régulateur. A travers elle, Nice-Côte d’Azur entend faire un « pari stratégique gagnant-gagnant » pour que le gain de compétitivité de ses compagnies aériennes puisse bénéficier aux passagers et entreprises, qui verraient ainsi le prix de leurs billets baisser, ainsi qu’au Territoire, permettant d’y atténuer l’effet de saisonnalité.

Sur le long terme, ACA vise une baisse globale de 25 % des redevances aéroportuaires des compagnies aériennes commerciales régulières jusqu’au terme de la concession (et plus de 40 % pour la seule redevance passagers Hiver). Il dit offrir ainsi « une visibilité de long terme sans précédent en milieu aéroportuaire » .

Conformément à la réglementation applicable, toutes les compagnies aériennes, actuelles comme futures, bénéficieront de ces mesures « dans le respect d’une stricte égalité de traitement » , tient à préciser ACA.

Photo © Aéroports de la Côte d’Azur

Laissez un commentaire