Air France : les négociations avec les hôtesses et stewards s’annoncent difficiles

Airbus A380 d' Air France - © Air France

Les syndicats de personnels navigants commerciaux (PNC) UNSA-PNC et SNPNC d’Air France ont qualifié jeudi de « provocation » les dernières propositions de la direction en vue de renégocier les conditions de travail et brandissent la menace d’un « conflit majeur » .

Air France et les syndicats représentatifs des PNC sont entrés en négociation pour redéfinir l’accord d’entreprise relatif aux règles de travail, de rémunération et d’avancement de carrière de ces personnels qui arrive à échéance fin octobre. « Clairement, cela n’a pas bien commencé » , écrivent l’UNSA et le SNPNC au terme d’une réunion qui s’est déroulée le 13 avril, à laquelle participait également l’UNAC.

Un dialogue de sourd semble s’engager entre la direction et l’intersyndicale UNSA-SNPNC. Cette dernière demande en effet la reconduction de l’accord « avec des améliorations » , notamment la stabilité des plannings à l’instar des pilotes, des mesures de planification « permettant une véritable articulation vie familiale/vie professionnelle » , la fin des rotations dérogatoires, la mise en place d’une Option Transport Avion, un accord sur les compositions d’équipage et les ratios, ainsi que le retour à une indemnité de pressing.

En face, les demandes de la direction sont « inacceptables » , selon l’intersyndicale. « Ce que veut la Direction, c’est revenir sur le système de rémunération PNC sans autre contrepartie que de simples promesses et autres engagements non contraignants » , écrit-elle. En cause, un « diminution du coût de l’heure de vol par une augmentation des heures de vol de chaque PNC » et « une modification des curseurs pour que ces heures surnuméraires soient exécutées quasi gratuitement » . Les deux organisations s’inquiètent aussi d’une évolution des règles de carrière « non définie pour l’heure, mais qui pourrait aboutir à supprimer toute notion d’ancienneté » , de la mixité du long et du moyen-courrier, et d’une possible « diminution drastique des temps d’arrêt en escale » .

Les efforts demandés aux PNC ne seraient pas quantifiés, ce que l’intersyndicale s’explique « par des demandes qui dépassent de loin celles de Transform 2015« . « On est loin des 9% qui avaient été annoncés » précédemment, estime-t-elle.

Ainsi, les exigences de la direction sont « une provocation au regard de la situation financière de la Compagnie » . L’intersyndicale souligne les « efforts considérables déjà réalisés par des PNC épuisés par 4 années de montée en gamme accompagnée d’une baisse des compositions d’équipage sans aucune forme de compensation, de 4 années de densification des rotations, de 4 années de blocage des salaires, de 4 années de stigmatisation et de culpabilisation« .

« Si la Direction persiste dans ses exigences, un conflit majeur restera la seule alternative » , conclut l’intersyndicale qui se refuse cependant à présager de la teneur des prochaines réunions.

Photo © Air France 

Un commentaire sur “Air France : les négociations avec les hôtesses et stewards s’annoncent difficiles

  1. Effectivement ça risque d’être difficile avec des stewarts gay qui acceptent des destinations où l’homosexualité est punie par la loi, mais nous font tout un tintamarre pour ne pas aller en Iran.
    Et le soir ça rentre tranquillement chez soi, dans les banlieues islamiques où les homos ne sont pas vraiment en odeur de « sainteté » non plus.

Laissez un commentaire