Crash Flydubai : les boites noires récupérées, des indemnités de 20.000 dollars aux familles

TASS : site du crash du vol FZ981 à Rostov (Russie)

Les deux boites noires du Boeing 737-800 de Flydubai qui s’est écrasé le samedi 19 mars au matin à Rostov-sur-le-Don en Russie ont été récupérées par les autorités russes, et les familles des victimes recevront chacune une indemnité de première urgence d’un montant de 20.000 dollars par passager. Les circonstances de l’accident commencent à se préciser.

« Nous pouvons confirmer que les deux enregistreurs de vol ont été récupérés sur le site de l’accident par l’équipe locale d’investigation et nous continuerons à faire tout notre possible pour les aider dans leur travail » , a indiqué le 19 mars au soir Flydubai dans un communiqué.

Sur place, les enquêteurs ont estimé que ces deux boites noires, l’enregistreur de voix dans le cockpit (CVR) et l’enregistreur de paramètres de vol (FDR), étaient dans un état « satisfaisant » . Elles ont été transportées à Moscou pour y être analysées par une équipe d’enquêteurs constituée d’experts des autorités de l’aviation civile de Russie, des Emirats Arabes Unis, des Etats-Unis (pour l’avion, ndlr) et de France (pour les moteurs CFM56, ndlr), a précisé le ministre russe des situations d’urgence, Vladimir Pouchkov.

Au lendemain du drame qui a fait 62 morts, Flydubai a indiqué que sa priorité consiste à identifier et contacter les familles des victimes, ainsi qu’à  leur fournir un soutien immédiat. « Flydubai va mettre en place un programme de paiements d’un montant de 20.000 dollars par passager, conformément à nos Conditions Générales de Transport, dans le but de répondre aux besoins financiers immédiats » , a fait savoir la compagnie aérienne le 20 mars. Il y avait à bord 55 passagers (33 femmes, 18 hommes et 4 enfants), dont 44 russes, 8 ukrainiens, 2 indiens et un ouzbek. Les sept membres d’équipage comprenaient cinq hommes et deux femmes, dont deux espagnols, deux chypriotes, un colombien, un russe, un ressortissant des Seychelles et un du Kirghizistan.

Le Boeing 737 a raté une première fois son approche à Rostov-sur-le-Don, puis s’est placé sur un circuit d’attente, tournant en rond pendant deux heures, avant d’effectuer une seconde tentative d’atterrissage, a indiqué un porte-parole de Flightradar24. Selon les données de ce site de suivi des vols, l’appareil a alors interrompu sa deuxième approche en prenant de l’altitude puis il a soudainement commencé à tomber avec une vitesse verticale qui a atteint 21.000 pieds par minutes.

Lors d’une conférence de presse samedi, le directeur général de Flydubai, Ghaith al-Ghaith, a précisé que le commandant de bord chypriote et le copilote espagnol totalisaient respectivement 5.965 et 5.769 heures de vol, ce qui en faisait des « pilotes tout à fait expérimentés » . Ils n’ont émis aucun signal de détresse avant le crash, a-t-il aussi indiqué, confirmant la soudaineté de l’événement. L’avion avait quant à lui suivi une opération de maintenance détaillée en janvier dernier.

Au moment du crash, les conditions météo « étaient proches d’un ouragan » , selon le gouverneur de la région de Rostov, Vasily Goloubef, signalant que le mauvais temps avait contribué à l’accident. L’aéroport était cependant resté ouvert au trafic aérien.

Sur le site du drame, les débris sont éparpillés dans un rayon de plus d’un kilomètre, selon les autorités russes. Les experts devront recourir à des analyses ADN sur les restes humains pour identifier les victimes.

Photo © TASS : site du crash du vol FZ981 à Rostov (Russie)

Laissez un commentaire