Royal Jordanian redevient bénéficiaire

Aleem Yousaf CC By-SA 2.0 Boeing 787-8 de Royal Jordanian https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Royal_Jordanian_Airlines_JY-BAF_Boeing_787,_Final_approach_to_9L_Heathrow_(16541181805).jpg?uselang=fr

L’horizon s’éclaircit peu à peu pour Royal Jordanian : malgré un environnement difficile, la compagnie aérienne porte-drapeau de la Jordanie enregistre pour l’exercice 2015 un bénéfice avant impôt de 21 millions de dinars (26 millions d’euros), contre une perte de 49,5 millions de dinars (63 millions d’euros) en 2014. Il s’agit « d’un pas de géant » selon son dirigeant.

En présentant ces résultats le 15 mars, le président du Conseil de direction, Suleiman Hafez, a attribué la croissance au plan stratégique mis en place par la compagnie. Couvrant la période 2015-2019, ce plan porte sur le renouvellement de la flotte, la restructuration du réseau, et sur l’amélioration des services.

« Hafez a exprimé sa satisfaction quant aux résultats positifs de l’entreprise qui peuvent être considérés comme un pas de géant, en particulier en ce moment où le transport aérien est fortement affecté par l’instabilité dans les pays voisins de la Jordanie, ce qui a un impact négatif sur les voyages et le tourisme, à la fois dans le royaume et au Moyen-Orient. Ces résultats positifs aideront l’entreprise à poursuivre la restructuration en cours » , a fait savoir Royal Jordanian dans un communiqué.

La compagnie a bénéficié de la baisse des prix du carburant intervenue l’année dernière. Ceci a permis de compenser partiellement la baisse des recettes : une « concurrence féroce » a amené en effet Royal Jordanian à réduire le prix des billets tandis que la situation sécuritaire a entrainé la fermeture de Sanaa et Aden l’année dernière. Dans la même logique, Damas, Alep, Mossoul, Tripoli, Benghazi et Misrata restent suspendues pour le moment.

Dans le cadre de la restructuration du réseau, Royal Jordanian a mis fin à la desserte de plusieurs destinations non rentables, citant Delhi, Mumbai (Bombay), Colombo, Lagos, Accra, Milan, Alexandrie et Al-Ain. Elle s’est attachée à chercher de nouvelles opportunités de croissance et a lancé Tabuk, Najaf, Ankara, Jakarta et Guangzhou (Canton), cette dernière devant ouvrir la semaine prochaine. Les fréquences ont été renforcées sur certaines destinations où la demande est en augmentation, comme Aqaba.

La compagnie indique aussi que la flotte a été réduite. Royal Jordanian exploite aujourd’hui 24 avions, notamment cinq Boeing 787-8 Dreamliner (sur sept commandés) qui ont remplacé les Airbus A340, désormais tous retirés. Elle opère aussi des Airbus A330-200 et A319/A320/A321, ainsi que des Embraer E175 et E195. « Le personnel de Royal Jordanian est déterminé à continuer d’améliorer la performance globale de l’entreprise dans le but d’atteindre ses objectifs » , a conclu le dirigeant.

Photo Aleem Yousaf CC By-SA 2.0 – Boeing 787-8 de Royal Jordanian

Laissez un commentaire