2015, une des meilleures années pour la sécurité aérienne

Avion l'atterrissage à l'aéroport de Bruxelles - Brussels Airport CC BY-SA 2.0

Malgré plusieurs accidents spectaculaires, l’année 2015 figure parmi les plus sûres du transport aérien, selon l’étude annuelle d’Aviation Safety Network.

L’organisme néerlandais dénombre pour l’année passée 16 accidents fatals d’avions de ligne ayant provoqué la mort d’un total de 560 victimes. Avec ces chiffres, 2015 est l’année la plus sûre du transport aérien par le nombre d’accidents, et se range à la cinquième place par le nombre de décès. La plupart des accidents ont concerné des vols passagers (sept), un chiffre toujours trop élevé mais qu’il faut relativiser et rapprocher des 34 millions de vols annuels : ainsi, « seulement » un vol sur 4,86 millions s’est terminé par un accident mortel en 2015.

Evidemment, comme toute analyse statistique, celle d’Aviation Safety Network est sujette à discussion. Elle ne comptabilise pas uniquement les accidents survenus sur les avions commerciaux de transport de personnes de plus de 14 places. Elle inclut par exemple l’accident de l’Airbus A400 M de Séville en mai (quatre morts), portant sur un vol d’entrainement d’un avion militaire. Mais elle ne tient pas compte de celui d’un HS 125 de Senegalair en septembre, disparu sans laisser de traces alors qu’il effectuait un vol d’évacuation sanitaire avec sept personnes à bord.

Néanmoins, la tendance est bien là : le transport aérien est de plus en plus sûr. « Depuis 1997, le nombre d’accidents d’avions de ligne baisse de façon continue, en grande partie grâce aux efforts permanents pour la sécurité de la part d’organisations internationales comme l’OACI, l’IATA, ou la Flight Safety Foundation » , souligne Harro Ranter, le président d’Aviation Safety Network, cité dans un communiqué.

Une analyse que partage Xavier Tyleman, qui dirige le centre « Peur Avion » . Cet expert a décerné à 2015 le titre de « Meilleure année de tous les temps dans le domaine de la sécurité aérienne » . « Plus que jamais, nous nous rapprochons bel et bien du risque zéro pour le voyageur aérien, la fiabilité de l’aviation civile ayant atteint les 99,99999%… La probabilité de devenir millionnaire en jouant à l’Euromillion est ainsi devenue supérieure à celle de subir un crash aérien… » , affirme-t-il sur son blog.

Le pire accident de 2015 est survenu le 31 octobre, lors du crash d’un A321 de Metrojet dans le Sinaï en Egypte, tuant les 224 passagers et membres d’équipage. L’enquête est toujours en cours mais l’accident résulterait de la détonation d’un engin explosif, selon la Russie et bon nombre de pays occidentaux. L’année a aussi été marquée par le crash d’un A320 de Germanwings dans les Alpes françaises le 25 mars. L’enquête a établi qu’il s’agit d’un acte volontaire du copilote.

Avec ces accidents spectaculaires, trois années seulement (1988, 1983 et 1985) surpassent 2015 par le nombre de victimes liées à des actes de sabotage, d’attentats ou de suicides d’un pilote, selon Aviation Safety Network qui souligne cet aspect « bien sombre » de l’année dernière. Les drames ne sont pas restés sans conséquences : le crash de Metrojet a entrainé des mesures de sûreté renforcées dans les aéroports, celui de Germawings une généralisation de la règle de « toujours deux dans le cockpit » par les agences de sécurité dans le monde entier.

A noter, deux des seize accidents de 2015 ont impliqué des vols opérés par des compagnies aériennes placées sur la liste noire de l’Union européenne (Trigana Air Services et Aviastar Mandiri en Indonésie).

Crédits : Photo Brussels Airport CC BY-SA 2.0

 

Laissez un commentaire