Le crash d’Air Asia lié à une défaillance technique et des réactions inappropriées des pilotes

Airbus A320 d'Air Asia - Source : Air Asia / Facebook

Le Comité national de la sécurité des transports indonésien a publié mardi le rapport définitif sur le crash de l’Airbus A320 d’Indonesia Air Asia qui a coûté la vie à 162 personnes le 28 décembre 2014. Parmi les facteurs ayant contribué à l’accident, les enquêteurs citent des réactions inappropriées de l’équipage face à une défaillance du système de contrôle du gouvernail provoquée par une pièce défectueuse.

Le rapport définitif sur le crash du vol QZ8501 publié le 1er décembre 2015 explique qu’une fissure sur un joint de soudure de l’Airbus A320 a entrainé une interruption du circuit électrique, déclenchant une alarme de dysfonctionnement du gouvernail. Ce problème est survenu quatre fois pendant le vol. Les trois première fois, les pilotes ont réagi en suivant les procédures standards. La quatrième, ils ont déclenché les disjoncteurs pour relancer le système de contrôle.

Cette manœuvre (qui n’a pu se faire sans que l’un des pilotes quitte son siège) a conduit le pilote automatique et l’auto-manette à se désengager. Avec la perte des protections de vol, le système de contrôle du gouvernail défectueux a placé l’appareil dans une forte inclinaison latérale (54° sur la gauche). « Les actions suivantes de l’équipage ont rendu l’avion incontrôlable » , entrainant un « décrochage prolongé » de l’A320 ne permettant plus aux pilotes de le redresser, selon le rapport.

Celui-ci décrit aussi la confusion et le manque de coordination des deux pilotes durant les événements. Le copilote a relevé le manche à balai à plusieurs reprises quand le commandant de bord lui ordonnait de l’abaisser.

Les enquêteurs ont découvert que le dysfonctionnement lié au problème de soudure est survenu 23 fois dans les douze mois qui ont précédé le crash, avec une fréquence de plus en plus élevée, laissant penser que la réaction de la compagnie aérienne face à ce problème de maintenance a été insuffisante.

La météo et l’absence d’approbation du vol par les autorités indonésiennes ne font pas partie des facteurs contributifs de l’accident, note aussi le rapport.

Celui-ci émet de nombreuses recommandations, aux autorités indonésiennes pour le contrôle des opérateurs, à la compagnie aérienne pour les procédures d’alerte, et à l’avionneur pour faire en sorte que les pilotes puissent effectivement gérer des alarmes multiples dans le cockpit sans être distraits.

Après la publication du rapport, Airbus a indiqué qu’il avait soigneusement étudié ses conclusions. « Airbus a fourni aux autorités en charge de l’enquête une assistance technique complète et son expertise » , a ajouté le constructeur.

De son côté, Air Asia Indonesia a déclaré qu’elle a pris plusieurs mesures pour la sécurité, en termes de formation des équipages et de maintenance des avions. Ceux-ci seront équipés d’un système de surveillance des problèmes techniques en temps réel.

L’intégralité du rapport est disponible ici.

Photo : Airbus A320 d’Air Asia – Source : Air Asia / Facebook

Laissez un commentaire